Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Fermeture du secondaire 3 à l’école de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup : L’éventuelle consultation publique du CSS rend perplexe

Publié le 7 avril 2022 à 12:10, modifié le 7 avril 2022 à 17:34

Par: Pierre-Olivier Lefrançois

Le dossier d’une éventuelle fermeture des classes de troisième secondaire à l’école des Vieux Moulins de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup continue de faire réagir.

L’annonce du centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup (CSS), qui confirmait la semaine dernière son intention de fermer les classes de secondaire 3 à l’école des Vieux Moulins de Saint-Hubert, était tombée comme un couperet. Voilà maintenant que ce sont les circonstances qui régissent la consultation publique du 11 avril prochain qui font réagir.

Selon la Politique du CSS en matière de fermeture et de modifications de services scolaire, seuls les parents dont l’enfant fréquente actuellement l’école en tant qu’étudiant en secondaire 2 auront le droit de parole. Le conseil municipal pourra aussi, si tel est son désir, donner son avis. Tous les autres sont invités à se taire.

L’aléa 7,4 de ladite Politique va même jusqu’à stipuler que seuls les élèves majeurs concernés peuvent s’exprimer durant la consultation publique. Josée Ouellet, mairesse de Saint-Hubert, tout comme plusieurs citoyens et membres d’associations, se posent la question:

« Mais quel étudiant majeur fréquente le secondaire 2? »

La mairesse de la municipalité trouve la façon de procéder du CSS absolument aberrante:

« Tous les citoyens de Saint-Hubert sont concernés par cette fermeture. Tout le monde sur le territoire paie des taxes scolaires. On aurait dû consulter la population, la municipalité, les élèves et les enseignants. C’est trop facile de se fier aux chiffres (…) il faut être capable de juger du pour et du contre en considérant l’humain. (…) Je trouve leur manière d’opérer un peu cavalière. »

Mme Ouellet ajoute que si une vraie consultation avec tous les acteurs concernés avait eu lieue au préalable, « il aurait été possible de trouver des solutions ensemble. » Elle évoque par ailleurs la récente réforme de la Santé comme point de comparaison avec le système scolaire:

« Le système de Santé se décentralise, on s’ajuste à la nouvelle réalité, on retourne vers les communautés. Je ne comprends pas pourquoi le ministère de l’Éducation ne fait pas la même chose. »

Plusieurs étudiants avaient préparé leurs allocutions en vue de la consultation publique. Josée Ouellet se dit déçue du traitement que le CSS fait des jeunes:

« C’est une insulte à l’intelligence de nos jeunes et un manque de respect envers eux. Ces étudiants doivent être démotivés et désabusés présentement. »

Le retrait d’un tel service dans une petite municipalité rurale comme Saint-Hubert risque d’avoir un effet domino. C’est ce que craint entre autres la mairesse:

« On travaille fort pour augmenter notre démographie et pour être attractifs pour des nouvelles familles. Le fruit de nos efforts se voient: la population augmente depuis plusieurs années et maintes jeunes familles ont fait le choix de demeurer à Saint-Hubert et intégrer le marché du travail et là, on leur enlève soudainement une bonne raison de vivre ici. »

Puisque la consultation publique qui se tiendra lundi prochain fait partie prenante du processus dicté par la Politique du CSS, les citoyens de Saint-Hubert et leur mairesse se croisent les doigts que la direction générale du centre de services scolaire s’y rendront de « bonne foi », avec la réelle intention d’écouter l’échantillon de gens qui auront droit de parole, aussi restreint soit-il.