Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Étude de regroupement : Des municipalités de L’Islet souhaitent unir leurs forces

Publié le 6 mai 2021 à 17:03, modifié le 6 mai 2021 à 17:09

Par: Samuel Gosselin Belanger

Les Conseils municipaux de L’Islet, de Saint-Jean-Port-Joli, de Saint-Roch-des-Aulnaies et de Sainte-Louise s’entendent pour amorcer une réflexion qui a pour but la réalisation d’une étude sur la pertinence d’un regroupement municipal. Saint-Aubert pourrait également s’ajouter aux discussions.

Les quatre MRC de L’Islet visent à solliciter un accompagnement et un soutien du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et de sa ministre, Andrée Laforest.

« C’est important parce qu’on pense qu’on doit avoir une étude sérieuse, avoir des données. Le ministère a une expertise incroyable parce qu’il a de l’expérience de regroupements ici et là », explique d’emblée le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard.

Les municipalités n’auront aucuns frais à débourser pour avoir droit à cette expertise gouvernementale. Leurs enjeux et défis similaires ont grandement motivé les conseils municipaux à aller de l’avant. Concrètement, une fusion permettrait de regrouper une population totale de près de 9000 personnes. La mise en commun des richesses foncières s’élèverait à plus de 900 millions de dollars. Les élus considèrent qu’unir leurs forces serait avantageux pour leurs citoyens.

« C’est ce qu’on veut voir. Si un regroupement nous permettait de maintenir et d’améliorer les services donnés à notre population à des coûts qui sont quand même acceptables. Un excellent défi, et je pense que c’est visionnaire pour l’avenir de nos municipalités. », explique pour sa part le maire de Saint-Jean-Port-Joli, Normand Caron.

Pour André Simard, cette initiative cible le développement à long terme des MRC pour le bien des populations.

« Il faut absolument mettre nos forces en commun, dépasser les situations de gestion à courte vue et travailler ensemble pour le bien commun de nos populations. Les municipalités sont reconnues comme gouvernements de proximité. Pour assumer pleinement cette responsabilité, il faut pouvoir s’appuyer sur des personnes compétentes tant chez les élues que pour l’administration des affaires courantes ainsi que sur des capacités financières conséquentes » d’ajouter le maire qui a annoncé, lors de la conférence de presse, qu’il se représentera aux prochaines élections

Une décision en 2022

Aucune décision ne sera finale avant la fin du premier trimestre de 2022. En tout respect de la démocratie, les Conseils ne prendront pas de décision sans consulter les citoyens. Pour l’instant, l’étude se penchera sur les avantages qu’implique ce regroupement. Il ne s’agit pas d’une fusion, et si un jour cette question est posée, aucune décision ne sera prise sans la consultation des résultats du regroupement et sans la consultation de la population. Aucune discussion n’a eu lieu pour le moment avec la ministre Andrée Laforest.

« Dans le courant de la semaine prochaine, aussitôt que les résolutions officielles de chaque conseil seront rentrées. On va faire la demande à la ministre pour voir les possibilités qu’il y a pour entreprendre l’étude le plus rapidement possible », ajoute Normand Caron.