Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Épandage contre la tordeuse: inquiétude à Gaspé

Publié le 11 juin 2019 à 17:13, modifié le 12 juin 2019 à 08:20

Par: Etienne Malouin

C’est au cours des prochaines semaines que doit débuter l’épandage de pesticides pour tenter de contrôler les dommages causés par la tordeuse de l’épinette, un insecte s’attaquant au bois. Mais cette façon de faire en inquiète certains à Gaspé.

La présence de la tordeuse des bourgeons de l’épinette a augmenté à la grandeur du Québec lors de la dernière année, particulièrement en Gaspésie. En 2019, on observe une augmentation d’un million d’hectares touchés par l’épidémie. En Gaspésie, l’augmentation se chiffre à 43%.

« Il y a tout près de 1,3 million d’hectares qui se retrouvent dans le secteur de la Gaspésie au niveau de la défoliation », mentionne le directeur général de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies, Jean-Yves Arsenault.

La SOPFIM précise que le but de l’opération n’est pas d’éradiquer la tordeuse. D’ailleurs, entre 2015 et 2018, l’efficacité du traitement oscille entre 79% et 97% selon les années.

« On dit qu’on ne contrôle pas l’épidémie. On contrôle les dommages. Notre objectif est de protéger 50% du feuillage des sapins qui sont affectés par l’épidémie actuelle », ajoute monsieur Arsenault.

À l’aube du début des manœuvres pour épandre les pesticides, certains citoyens rencontrés dans les rues de Gaspé sont inquiets.

« Je trouve que c’est une mauvaise idée. Parce que c’est un cercle vicieux. Plus tu mets de pesticides ça tue peut-être les premiers, mais ça finis par résister » « Il y a peut-être autre chose que l’on pourrait faire à la place »  « Si on trouve quelque chose de plus écologique que les pesticides à ça moment-là ce serait l’idéal», mentionnent des citoyens rencontrés.

Lors d’opérations d’épandage dans d’autres villes, des citoyens se sont plaints du bruit occasionné par les avions utilisés.

«On est conscient que ce type d’avion qui peut faire un certain bruit, mais pas plus que d’autres avions ordinaires», dit monsieur Arsenault.

Les opérations se font très tôt le matin. Ce qui peut ajouter aux désagréments que devront possiblement subir les citoyens de Gaspé.

« Le fait qu’on a des opérations très tôt le matin fait en sorte que les gens ne sont pas habitués à entendre des avions aussi tôt le matin. On a des gens qui se positionnent aux alentours de 3 heures et demie,  4 heures le matin pour les départs», précise-t-il.

C’est en raison des conditions météo que le début de l’épandage est retardé d’une dizaine de jours. Si tout va bien, la SOPFIM souhaite débuter les opérations d’ici 2 semaines. Opérations qui seront déployées sur une vingtaine de jours.