Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Échapper au stress, une marmite à la fois

Publié le 12 mars 2019 à 16:56, modifié le 12 mars 2019 à 17:26

Par: Louis Laflamme

Le travail, la routine et la vie familiale sont souvent des agents de stress dans la vie adulte. Et la plupart du temps, dans de telles situations, peu de gens priorisent leur bien-être. Doreen Francoeur, une femme de la Baie-des-Chaleurs, a osé changer de cap et a décidé de vivre de sa passion : la cuisine.

« Je pense que je suis rendue à penser à moi », avoue la cuisinière et cofondatrice de JADORE cuisine, Doreen Francoeur.

Il y a à peine deux ans, Doreen Francoeur était enseignante à la maternelle. Elle se forçait d’admettre que c’était sa vocation, au détriment de son bien-être. « J’avais moins la passion. Et tant qu’à me rendre au travail et de ne pas être satisfaite de ce que je faisais… De ne pas être capable de donner aux enfants ce dont ils avaient besoin. Ça me faisait mal au cœur de rentrer et de ne pas être à 100% », explique-t-elle.

« J’avais besoin d’une pause. J’ai été en arrêt de travail,  avec la famille et tout ça. J’avais besoin d’une pause, de me retirer pour savoir qu’est-ce que j’avais besoin. Qu’est-ce que j’avais le goût de faire. Parce que j’ai pogné la quarantaine et j’ai comme tapé un mur on dirait », admet Doreen Francoeur.

Après mûres réflexions, elle s’est rendu compte que ces marmites étaient son échappatoire. À un point tel, qu’elle a en fait son gagne-pain.

« Il y en a qui méditent, mais moi la cuisine, j’aime ça. J’aime ça et ça me fait du bien », ajoute Doreen Francoeur.

« Donc j’ai fait une demande d’un congé sans solde à la commission scolaire pour avoir une pause pour essayer de mettre en place notre entreprise JADORE cuisine », soutient-elle.

C’est ce qui a donné naissance à JADORE cuisine. Un service unique en son genre de cuisine à domicile, qu’elle a mis sur pied avec son amie et fidèle acolyte, Janick Caissy. « Elle était à la maison avec les enfants, elle est infirmière. Puis on s’est parlé de notre passion commune de la cuisine. On s’était dit; il me semble que j’aimerais ça allé aider les gens, allé donner un petit coup de main pour pouvoir faire bénéficier les gens de notre passion et de notre intérêt pour la cuisine », ajoute la cuisinière de passion, et maintenant, de profession.

Une fois la décision prise, les formations et accréditations se sont enchaînées, et s’en est suivi l’élaboration du menu.

« Le menu est assez varié, de l’entrée au dessert, les plats principaux, on a une grande variété. Puis on peut s’adapter aux gens aussi selon les demandes. Ceux qui ont gouté, ceux qui ont pris notre service ont été assez impressionnés », conclut-elle.

JADORE cuisine vient tout juste de fêter son premier anniversaire. Et non seulement le service va bien, mais ces cuisinières aussi semblent avoir retrouvé le sourire.