Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Duvetnor et Croisières AML réclament de nouvelles infrastructures portuaires

Publié le 13 septembre 2018 à 18:25, modifié le 13 septembre 2018 à 22:08

Par: Marie-Eve Cloutier

La Société Duvetnor et Croisières AML en ont plus qu’assez d’attendre la concrétisation du projet de port pour croisiéristes. Les deux entreprises passent à la prochaine étape pour repenser les infrastructures portuaires à Rivière-du-Loup.

Plus question d’attendre le projet de Carrefour maritime, dont les travaux débuteront en 2019.

« C’est comme critique là, on n’est pas capable d’opérer de façon fonctionnelle, puis de façon à vraiment maintenir une opération qui est digne du produit qu’on offre », lance Jean Bédard, propriétaire de Duvetnor.

Grâce à une aide financière de 150 000$ du ministère des Affaires municipales, Duvetnor et Croisière AML font affaire avec des experts en génie portuaire de la firme Norda Stelo pour repenser la marina.

« On va examiner plusieurs scénarios. Certains suggèrent d’installer des palplanches, d’autres suggèrent d’agrandir des parties du bassin. Il faut aussi consolider la digue qui protège le bassin », ajoute M. Bédard.

La Ville ainsi que la MRC de Rivière-du-Loup appuient les deux croisiéristes qui veulent surtout assurer la pérennité de leurs opérations.

« Dans le cas de Duvetnor, c’est une question technique. C’est que le bateau qu’on va mettre en service en 2019, Le Renard, est un bateau de gabarit plus grand qui va transporter 30 personnes. Les appontements actuels sont insuffisants, pour la masse du bateau », précise M. Bébard.

Une question de temps et d’argent

Les besoins sont aussi urgents du côté de Croisières AML. La compagnie doit partager le seul poste à quai disponible avec le Trans Saint-Laurent, qui a la priorité. Croisières AML doit donc chaque jour se diriger vers le port de Gros-Cacouna pour y amarrer son bateau.

« Lorsque Cacouna est plein, ben là on doit aller encore à Tadoussac, donc c’est des frais, c’est du temps. Aller à Cacouna, c’est 45 minutes aller, 45 minutes revenir, matin et soir, donc ça fait beaucoup de perte de temps, perte d’argent », fait valoir Laurence Thôt, porte-parole pour Croisière AML.

Duvetnor et Croisières AML souhaitent obtenir des plans et devis d’ici le 31 mars 2019. Ils espèrent avoir une nouvelle marina opérationnelle d’ici deux à trois ans.