Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Du Bénin à Gaspé pour apprendre l’aquaculture

Publié le 8 août 2019 à 15:50, modifié le 9 août 2019 à 12:54

Par: Etienne Malouin

Deux Béninois vivent actuellement une expérience hors du commun à Gaspé. Grâce à un programme d’échange avec l’Union des producteurs agricoles , ils ont la chance d’apprendre des techniques locales d’aquaculture qui leur serviront dans leur ferme au Bénin.

C’est toute une expérience que vivent François et Laure sur les lieux d’aquaculture Gaspésie. Apprendre des techniques québécoises durant un mois. Des moyens d’opéré qui impressionnent ses visiteurs qui pratiquent l’agriculture depuis plus de 20 ans au Bénin.

« L’oxygénation de l’eau, l’aération de l’eau. C’est des conditions optimums pour faire grandir les poissons. Je pense que lorsque nous allons appliquer cette technique-là chez nous, ça va être boom   », mentionne François Gayet, qui effectue son stage à Gaspé.

Par contre, ce que certains  québécois prenons pour acquis, en est autrement au Bénin.

« Ici ils ont l’opportunité d’avoir le courant, d’industrialiser beaucoup les activités. Avec ce qu’on va apprendre techniquement, on peut l’appliquer, on peut faire un transfert par rapport à nos réalisés du milieu », explique Laure Nahoukon Abbale Yehom, également présente à Aquaculture Gaspésie.

Arrivée sur les lieux depuis seulement 2 semaines, la routine de travail est bien installée. Par exemple, la technique pour bien nourrir les poissons est différente que celle appliquée au Bénin.

« Je donnais à manger aux poissons le matin et je revenais le soir. Ici j’ai constaté que le suivi est permanent. On les nourrit et l’on revient 1 heure de temps après et l’on voit si c’est bon et on les nourrit encore », explique François Gayet.

Tout est réglé au quart de tour. Par exemple, les poissons sont changés bassins lorsqu’ils arrivent à maturité, ce que les stagiaires prennent bien en note.

« Renforcer nos capacités, voir la gestion d’une ferme aquacole au Québec. S’imprégner des réalisés agricoles au Québec par rapport à notre pays, le Bénin », précise Laure Nanoukon Abbale Yehom.

Le stage de François et Laure prendra fin le 27 août prochain. D’ici là, ils souhaitent en apprendre le plus possible sur l’élevage de poisson au Québec pour pouvoir par la suite en faire bénéficier l’aquaculture dans leur pays.