Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Drogue : Julie Anctil plaide coupable

Publié le 1 octobre 2020 à 15:32, modifié le 1 octobre 2020 à 18:23

Par: Fabienne Tercaefs

Julie Anctil a plaidé coupable mercredi au palais de justice de Montmagny. Elle est accusée d’avoir vendu la drogue qui a coûté la vie à Anthony Miville et Marc-Olivier Paquet il y a un an.

Julie Anctil, originaire de Saint-Jean-Port-Joli devait comparaître pour son enquête préliminaire, mais elle a plaidé coupable aux 4 chefs d’accusation auxquels elle fait face. L’un pour trafic de stupéfiants et les 3 autres pour possession d’une drogue en vue d’en faire le trafic. La jeune femme a été arrêtée le 15 septembre 2019 pour avoir vendu de la drogue de type MDA à un intermédiaire. La substance a ensuite été consommée à Rivière-du-Loup par 3 hommes de la région de Saint-Jean-Port-Joli. Anthony Miville et Marc-Olivier Paquet en sont décédés, tandis qu’un de leurs amis s’en est sorti. Plusieurs témoins ont été entendus depuis hier. Le juge étudie la preuve, avant que les représentations sur sentence soient fixées. » Là où il y a une mésentente et c’est le débat que l’on fait depuis hier c’est sur le facteur aggravant. C’est-à-dire le lien entre l’acte illégal, le trafic et le décès de deux personnes. (…) C’est comme un mini procès mais à l’étape de la peine, » explique le procureur de la Couronne, Maître François Doyon.

Si le lien est avéré. Il y aurait donc un facteur aggravant pour Julie Anctil dans ce dossier. L’accusée est apparue relativement impassible alors que l’interrogatoire qu’elle a subi après son arrestation a été diffusé en salle de cour. L’émotion était très présente chez les proches des victimes, l’un d’eux  a affirmé à Notre équipe des Nouvelles : «Évidemment que nous aimerions que les fautifs soient punis, mais nous avons juste hâte que ça finisse. (…) Il faut que tout ça finisse pour que nous puissions vivre notre souffrance en sérénité.» Les familles veulent aussi faire de la prévention contre les substances toxiques.  » Il y a des conséquences pour elles surtout que ça fait maintenant un peu plus d’un an que c’est arrivé et je pense que ça fait partie du processus pour comprendre peut-être ce qu’il s’est passé, c’est évidemment important pour les familles qui sont présentes aujourd’hui d’ailleurs, » affirme Maître François Doyon.

L’avocat de la Défense devrait demander un report du dossier à une date ultérieure  et pourrait présenter ses propres témoins.