Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Donner au suivant

Publié le 11 mars 2019 à 15:22, modifié le 11 mars 2019 à 17:21

Par: Louis Laflamme

Vous connaissez peut-être l’expression « donner au suivant »? Et bien, des joueurs de la ligue de hockey « les Vieux Bucks », une ligue qui s’adresse aux joueurs de 50 ans et plus, ont pris cette expression au pied de la lettre.

Les joueurs de la Ligue des Vieux Bucks ont tous deux points en communs. De un, ils sont dans la fleur de l’âge. « On n’est pas vieux. On a quand même la chance d’avoir 50 ans et plus », lance le joueur et président de la fondation Rêves d’enfant, Carol Morneau.

Et de deux, ils font preuve de beaucoup d’altruisme. « On a eu beaucoup de la vie. On voulait redonner un peu, c’est la façon que les joueurs ont choisi », ajoute-t-il.

« Si on fait une activité comme ça juste pour nous, ça ne donne pas grand-chose. Alors si on en fait profiter les autres, pourquoi pas. On a la chance d’être en santé, alors pourquoi pas », admet le fondateur de la ligue, Jack Roy.

En plus de leur permettre de garder la forme, les joueurs de la Ligue des Vieux Bucks sentaient le besoin de donner au suivant.  « Les joueurs ont dit qu’on pourrait faire quelque chose pour une association. Et il y en a un dans le groupe qui a eu la brillante idée de dire ; Carol s’occupe de rêve d’enfant. Pourquoi on ne s’associe pas avec rêve d’enfant », explique Carol Morneau.

En un peu plus de 10 ans, par l’entremise de tournois et de levées de fonds, les Vieux Bucks ont pu avoir un impact considérable sur la vie de plusieurs enfants malades de la région.

« Bon an, mal an, je dirais qu’avec ce tournoi-là, on a facilement envoyé plus de 110 000 $ à 120 000 $ à la fondation rêve d’enfant sur une période de 10 ans », ajoute Carol Morneau.

« Vous savez, la fondation Rêve d’enfant n’a qu’un seul but, c’est de réaliser le rêve d’un enfant qui est atteint d’une maladie qui menace sa vie. Alors, cet argent là, nous, on la fait parvenir à l’Association Rêve d’enfant Est-du-Québec. Et puis par la suite, avec les demandes de rêves d’ici, on fait revenir l’argent, et beaucoup plus même que l’argent qu’on a envoyé. Chaque dollar qu’on a fourni à la fondation rêve d’enfant nous ait revenu multiplié par 10 ou par 100 », explique le président de la Fondation Rêves d’enfant, Carol Morneau.

Évidemment, la présence de Carol Morneau chez les Vieux Bucks n’est pas étrangère à cette association avec la fondation Rêve d’enfant. Même que son dévouement et son implication lui ont valu la reconnaissance de ses pairs. Il a reçu l’honneur du « vieux buck» de la semaine.

« On a deux gars qui, chaque semaine, sont mandatés pour choisir le vieux buck de la semaine suivante. Selon des critères, surtout au niveau de l’implication, de l’esprit d’équipe, performance un peu, mais on laisse tomber la performance à notre âge. Ça nous permet d’avoir du plaisir et d’avoir du fun entre amis », conclut Jack Roy.