Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Domaine des Bâtisseurs à Edmundston: les employés dénoncent un manque d’effectifs

Publié le 15 septembre 2021 à 15:14, modifié le 15 septembre 2021 à 15:14

Par: Gilles Duval

Les employés du Domaine des Bâtisseurs à Edmundston dénoncent un manque d’effectifs. Selon eux, la situation a des répercussions sur le personnel et les soins aux bénéficiaires.

Dans ce foyer de soins de 180 lits connu aussi sous le nom des Résidences Jodin, les employés soutiennent qu’elles sont rares les journées où les effectifs sont complets.

«Depuis plusieurs mois, on a un manque flagrant au niveau des employés mais surtout dans les dernières semaines, le manque est encore plus là», a mentionné Jason Saint-Onge, vice-président de la section locale 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Le printemps dernier, le syndicat a présenté à la direction une étude sur le nombre d’employés. Il réclame une enquête sur les heures de soins consacrées quotidiennement aux résidents.

«On a démontré là-dedans qu’il y avait un manque d’effectifs d’environ 10 employés à temps plein par mois des heures/soins qui devraient être là», a expliqué Gérald LeBlanc, conseiller syndical régional du SCFP).

Environ 225 personnes travaillent au Domaine des Bâtisseurs. Plusieurs sont par contre en congé prolongé. En fin de semaine selon le syndicat, il y a eu des quarts de travail avec deux employés assignés pour une aile de 30 résidents alors qu’ils devraient être cinq sur le plancher.

«Les employés sont à bout de souffle ; ils font du temps supplémentaire ; ils remplacent les personnes qui ne sont pas là ; c’est une grande surcharge de travail ; pourquoi il manque tant de monde ? ils sont malades, épuisés physiquement ; même ils se blessent au travail», a souligné la présidente du syndicat des employés, Chantal Montreuil.

Le syndicat reconnaît que le manque de personnel a un impact sur les bénéficiaires.

«L’attente pour recevoir des soins peut être plus longue qu’à la normale si on est deux ou trois sur le plancher au lieu de cinq», a poursuivi Jason Saint-Onge.

Selon le syndicat, le gouvernement a un rôle à jouer pour remédier à la situation.

«C’est certain que l’employeur essaie de faire du recrutement mais  ça ne s’arrête pas là ; il faudrait que le gouvernement arrête de faire l’autruche et sorte la tête du sable et commence à trouver des solutions», a laissé entendre Jason Saint-Onge.

«Si on est auprès de nos résidents, c’est pour les protéger avec sécurité ; si on n’est pas capable d’encadrer ce minimum-là, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas», fait remarquer Chantal Montreuil.

La direction du Domaine des Bâtisseurs n’a pas donné suite à une demande d’entrevue mercredi.