Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Deux ans pour détourner la matière organique du dépotoir

Publié le 10 janvier 2020 à 18:21, modifié le 10 janvier 2020 à 18:26

Par: Marie-Eve Cloutier

D’ici deux ans, le gouvernement du Québec interdira l’enfouissement des matières organiques dans les dépotoirs. Au Bas-Saint-Laurent, l’organisme Co-Éco a l’intention de démarrer en force l’année 2020 avec une autre campagne de sensibilisation.

Près du quart de la matière organique générée dans la région est récupéré. « Il y a une portion des matières organiques qui ne va pas nécessairement dans le bac brun. Certains l’envoient dans un compost résidentiel ou dans un poulailler et c’est une très bonne chose », laisse entendre François Lapointe, responsable des communications chez Co-Éco.

Peu importe la voie, l’objectif demeure de détourner le 70 % des matières organiques qui prennent toujours le chemin de la poubelle. Enfouis, ces résidus génèrent du méthane.

« Les dernières études sur le méthane démontrent que c’est de 20 à 30 fois plus dommageables à l’environnement et contribuant ainsi aux changements climatiques par rapport à d’autres types de gaz », mentionne François Lapointe.

L’organisme misera davantage sur ces impacts environnementaux, mais en appuyant aussi sur les raisons économiques.

« On sait que les cellules de dépotoir coûtent  une fortune à produire. On parle de plusieurs millions de dollars. Donc moins on la remplit vite, plus c’est avantageux pour l’économie des régions », met de l’avant François Lapointe.

Efforts supplémentaires pour les ICI

Les institutions, les commerces et les industries (ICI) doivent eux aussi contribuer à la collecte. Seulement 5 % de leurs matières organiques sont récupérés.

« Ce qui est encourageant, c’est que plus on a du chemin à parcourir, plus le petit effort va amener un gros gain. Les hôpitaux, les garderies, les écoles, les restaurants, les épiceries, etc. On structure une épicerie, on détourne plein de tonnes de matières organiques des site d’enfouissement », souligne Aurélie Deschamps Lévesque, conseillère en gestion environnementale chez Co-Éco.

Les responsables de Co-Éco rappellent qu’ils peuvent aider les gestionnaires qui le désirent à mettre en place des solutions pour leur faciliter la tâche.