Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des jeunes relèvent le Grand Défi de Bâtir ma région

Publié le 14 mars 2019 à 15:59, modifié le 14 mars 2019 à 15:59

Par: Louis Laflamme

Pour certains, se lancer en affaire peut paraître inaccessible. C’est pourquoi les carrefours Jeunesse-emploi ont justement mis sur pied le Grand Défi Bâtis ma région, une initiative 100% gaspésienne qui donne la chance aux étudiants, du primaire jusqu’aux adultes professionnels, de développer leur fibre entrepreneuriale.

« Les jeunes ont besoin d’essayer des choses et collectivement, il faut leur donner la possibilité d’essayer », lance l’agent de projet du carrefour Jeunesse-emploi de la MRC d’Avignon, Bilbo Cyr.

C’est dans cette optique que les carrefours jeunesse-emploi de la Gaspésie ont mis sur pied un projet d’envergure qui a pour but d’éveiller la fibre entrepreneuriale, spécifiquement chez la relève de la région.

« Le Grand Défi Bâtis ma région c’est une initiative des Carrefours jeunesse emploi de la Gaspésie pour stimuler l’entreprenariat en milieu scolaire. Pour donner la chance aux jeunes d’essayer quelque chose. De poursuivre un rêve, un projet, une ambition. Pour Bonaventure Avignon, on est a presque 90 inscriptions. À l’échelle de la Gaspésie et des Îles, ça fait à peu près 250 projets de jeunes », ajoute Bilbo Cyr.

Le Grand Défi se déroule en plusieurs étapes. Après avoir mijoté un projet, l’heure est au pitch de vente devant un panel de juges et entraîneurs. « Ce qu’on voit aujourd’hui c’est la Caravane. C’est calqué un peu sur l’émission dans l’oeil du Dragon. Donc les jeunes vont rencontrer un panel de coachs, de juges, si on veut, de dragons, qui vont leur donner des conseils, des suggestions, des contacts et qui vont leur remettre une bourse de démarrage, qui peut aller jusqu’à 200 $ par projet », explique-t-il.

« Dans les années passées, on a eu des projets dès le primaire. Donc ça montre que les jeunes sont impliqués et qu’ils aiment leur région et qu’ils veulent vraiment se lancer là-dedans », lance l’une des juges, Corinne Ferragne.

« D’apporter un peu de nos connaissances, de partager avec les jeunes, ne serait-ce que pour leur donner des pistes », enchérit Yan Tremblay, qui est juge aux côtés de Corinne Ferragne.

On dit souvent que la jeunesse est imaginative, et les résultats du Grand Défi en sont la preuve.

« On a une variété immense de projets. D’une année à l’autre, on est toujours surpris de ce que les jeunes vont avoir », se surprend Bilbo Cyr.

« Que le projet fonctionne ou pas, ça, ce n’est pas vraiment grave. Ce qui est important c’est que le jeune puisse croire en lui et oser essayer », conclut-il.