Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le député Denis Tardif se retire temporairement du caucus de la CAQ

Publié le 17 décembre 2020 à 12:10, modifié le 18 décembre 2020 à 11:42

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif,  se retire temporairement du caucus de la CAQ et siégera dorénavant comme indépendant. Une vidéo prise par un client dans un bar de Rivière-du-Loup, hier soir, montre le député alors qu’il ne respecte pas les consignes sanitaires en place. Cet incident est survenu lors de la dernière soirée des bars, avant de passer en zone rouge.

Sur les images, il est possible de voir le député toucher le bras d’un collègue à sa table avant de l’enlacer, alors qu’il ne porte pas de masque. Il semble avoir les facultés affaiblies par l’alcool. On reconnait également un membre de son équipe autour de la table. À la fin de la soirée, Denis Tardif se lève et quitte le bar sans porter de masque.

Le client aurait reconnu Denis Tardif et l’aurait filmé à son insu. Cette vidéo tombe à un bien mauvais moment pour le député, lui qui multiplie les sorties depuis le début de la pandémie pour rappeler à la population l’importance du respect des consignes sanitaires.

Denis Tardif réagit

Le député a réagi, ce matin, avant de se retirer du caucus. Denis Tardif a reconnu son erreur.

« Il y a eu une erreur, oui on le sait et je l’admets. Est-ce que je suis passé sur un feu rouge? Oui, je suis passé sur un feu rouge. Je me suis trompé. Je n’ai pas vraiment d’autres choses à commenter là-dessus. », a affirmé le député lors d’un entretien téléphonique.

Dans une déclaration acheminée aux médias, il affirme:

« La situation est inquiétante au Québec. Le réseau de la Santé est sous pression. Bien qu’en zone orange, nous pouvions être entre amis à la table, en tant que député, j’aurais dû montrer l’exemple et limiter mes contacts.

Comme tout le monde, je me dois de respecter les consignes, ce que je m’efforce de faire à l’habitude. Cette soirée n’aurait pas dû avoir lieu, c’était une erreur, et je tiens à m’en excuser sincèrement. Cette situation ne se reproduira plus. »

Du côté du bureau du premier ministre, on parle d’une «grave erreur de jugement».

François Legault disait encore lors de son point de presse mardi soir qu’il ne fallait pas organiser de partys de bureau en pleine résurgence de la pandémie de COVID-19.

De même, les préfets de deux MRC de la région lançaient encore samedi dernier des appels au calme après plusieurs débordements.

«Nous prenons la situation très au sérieux. Notre réseau de la santé est extrêmement sous pression et des vies sont en jeu. À un moment particulièrement critique de cette deuxième vague, pendant lequel nous demandons des efforts supplémentaires à toute la population, nous sommes d’avis que nos élus doivent être les premiers à se comporter selon les règles établies. Dans les circonstances, j’ai accepté la demande de M. Tardif de se retirer temporairement de notre caucus», a ajouté le whip en chef du gouvernement, Éric Lefebvre.

Denis Tardif ne fera aucun autre commentaire sur cette situation.