Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des élèves suspendus envoyés au travail plutôt qu’à la maison

Publié le 11 septembre 2019 à 11:53, modifié le 12 septembre 2019 à 09:12

Par: Raphael Brouillette

Ce n’est pas à la maison, mais bien au travail que l’école secondaire Chanoine-Beaudet envoie ses élèves suspendus. Une mesure qui vise le développement des adolescents

L’établissement scolaire de Saint-Pascal et l’entreprise de réinsertion sociale les Ateliers Mon-Choix ont depuis plusieurs années un partenariat d’entraide. Les élèves vont donc, le temps de leur suspension, aider l’organisme qui se spécialise en couture, sérigraphie et récupération de papier. Selon le directeur de l’organisme Claudel Pariseau, les garçons ont même un penchant pour la couture!

Le but premier de cette initiative n’est toutefois pas le travail, mais bien d’aider les élèves à améliorer leur comportement à l’école. Les intervenants sur place prennent donc le temps de discuter avec les jeunes et tentent de trouver des solutions avec eux. Monsieur Pariseau est d’ailleurs un ancien enseignant de l’école. C’est lui qui a fondé l’entreprise il y a une vingtaine d’années à l’intérieur des murs de l’établissement. Il agit à titre de bénévole depuis sa retraite.

« Les jeunes, ce sont des gens bien. Ils en valent la peine. Il faut les convaincre qu’eux en valent la peine aussi, c’est ça le plus difficile. »

Bien que les adolescents soient parfois récalcitrants de passer la journée au travail plutôt qu’à la maison, la directrice adjointe de l’école Annie Chénard soutient que les parents accueillent favorablement l’initiative.

  « La suspension externe était un irritant pour les parents. Quand on envoie un élève à la maison, bien il y a certains parents qui doivent prendre congé pour rester à la maison. D’autres nous disaient, écoute il s’en va « gamer ». Il s’en va jouer sur une console quelconque à la maison. »

 

Une mesure qui fonctionne !  

Le programme rapporte puisque l’école a vu le nombre de suspensions diminuer depuis son instauration. Selon la direction, le comportement des élèves s’est aussi amélioré. Une journée de travail à l’atelier est beaucoup moins tranquille et confortable que le confort de la maison familiale. Les élèves y pensent donc deux fois avant de pousser les limites du code de vie à l’école.

Collaboration de longue date

Il faut dire que le partenariat principal entre l’école et l’organisme est le programme de stage qui aide les jeunes ayant des difficultés académiques à se préparer au marché du travail. Le temps de quelques semaines, ils apprennent les rudiments du métier sur plusieurs stations, que ce soit la couture, la sérigraphie ou le travail en usine. Ensemble, ils ont permis à plusieurs jeunes de débuter leur carrière professionnelle du bon pied.