Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des délais trop longs pour organiser des funérailles

Publié le 16 octobre 2020 à 16:54, modifié le 16 octobre 2020 à 16:54

Par: Fabienne Tercaefs

Une jeune fille de Rivière-du-Loup dénonce avoir dû attendre 4 mois pour organiser les funérailles de son père en raison de la pandémie. Une situation très difficile à vivre.

4 mois se sont écoulés entre le décès d’Éric Massé au mois d’avril et ses funérailles au mois d’août en raison du confinement. 4 mois durant lesquels, la vie s’est également arrêtée pour sa fille. «Je ne réalisais pas que mon père était parti de ma vie, qu’il était plus là et que je n’allais plus le voir, » affirme Maude Massé. «Il peut arriver au niveau des émotions fortes, de la peine profonde, ils aient réussi à passer un peu à travers à assumer ça mieux. Et puis voilà que 4-5 mois plus tard ils doivent y retourner,» explique le vicaire général du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Simon-Pierre Pelletier.

Maude Massé ne comprend pas les familles qui déplorent devoir inhumer un proche décédé de la COVID-19 dans un délai de 48h. «En 48 heures c’est peut-être un choc mais tu peux commencer ton deuil tout de suite en sachant que ta personne est enterrée,» constate la jeune femme qui, elle, n’a pu commencer son travail de deuil qu’après  la  cérémonie funéraire. « Après les funérailles, je me suis sentie extrêmement soulagée que ce soit fait. J’ai tourné un chapitre, j’ai tourné une page de mon livre. Ça m’a un peu libérée, mais je ne ferai jamais pareil mon deuil complet,» ajoute-t-elle. « Dans la grande majorité des personnes, ils ont besoin d’un rituel qui marque la fin d’une étape et on peut passer à autre chose,» complète le vicaire général.

Maude Massé estime que son père est une victime collatérale de la pandémie. «Mon père n’était pas compris dans les décès de la Covid, mais il en a quand même subi les conséquences. Pis ça, ça m’attriste parce que mon père aurait mérité d’avoir mieux que ça en ce moment,» s’émeut la jeune femme.

Les délais semblent se résorber actuellement au Bas-Saint-Laurent pour l’organisation des funérailles.