Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des allègements souhaités en Gaspésie

Publié le 12 janvier 2021 à 17:52, modifié le 12 janvier 2021 à 17:54

Par: Louis-Philippe Arsenault

Le premier ministre Legault en a surpris plus d’un lorsqu’il a annoncé que l’ensemble de la province devait se conformer aux nouvelles mesures sanitaires. Si plusieurs se sont rangés derrière François Legault, d’autres le digèrent encore mal une semaine plus tard.

La députée de Gaspé aurait souhaité plus de souplesse de la part du premier ministre. « Comme les enquêtes en cours sont encore contrôlées nous dit on au niveau régional, on aurait souhaité que le confinement ne soit pas avec les mêmes mesures partout et en fonction des réalités régionales, le gouvernement a raté une occasion pour nous d’éviter le mur à mur qui fait toujours du mal aux régions », indique Méganne Perry-Mélançon.

Le Parti québécois a déjà interpellé le gouvernement à ce sujet. « Les demandes sont déjà en cours, on regarde aussi toujours au côté de la santé publique régionale quel est leur son de cloche pour s’assurer qu’on puisse faire les démarches en temps et lieu pour demander un assouplissement rapidement des mesures qui nous ont été implantées », ajoute-t-elle.

 

« On avait challengé certains concepts, certaines idées à savoir si c’était réaliste d’avoir des zones différentes au Québec », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.  L’option a finalement été rejetée par Québec. Mais le maire appuie les décisions qui ont été prises.

« Le système de santé au Québec est tout interrelié il y a des patients d’ici qui doivent être hospitalisés en ville, il y a des médecins de la ville qui peuvent venir donner un coup de main dans certaines régions également tout est interrelié et pour protéger tout ça, ça prenait une action globale du gouvernement »,précise-t-il.

 

Dans la population les avis sont plutôt partagés. « Ils pourraient peut-être faire un petit relâchement, parce que c’est moins pire qu’ailleurs, c’est moins critique du moins », mentionne ce Gaspésien.

« Il faut diminuer les cas pas seulement dans les grands centres, mais en Gaspésie aussi, parce qu’il y a trop de monde qui voyage, qui sort des régions », affirme pour sa part cette autre Gaspésienne.

Daniel Côté précise que « si la situation fait en sorte qu’il n’y a pratiquement plus aucun cas en Gaspésie, dans 2-3 semaines, on pourrait challenger l’idée à ce moment-là de changer le code de couleur pour la Gaspésie .»

« On n’hésitera pas à demander un assouplissement en temps et lieu, une fois qu’on aura un peu évalué les résultats de ce couvre-feu », assure la députée péquiste, Méganne Perry-Mélançon.

Mardi, la Gaspésie comptait 4 nouveaux (54 actifs) et 9 hospitalisations.