Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Dernière tentative pour vendre le couvent de Lac-au-Saumon

Publié le 20 décembre 2021 à 12:03, modifié le 3 janvier 2022 à 08:41

Par: Emmanuel Renaud

La congrégation des Servantes de Notre-Dame-Reine-du-Clergé tente pour une dernière fois de vendre leur couvent de Lac-au-Saumon. Si les sœurs ne réussissent pas à se départir du bâtiment, une démolition n’est pas exclue.

Ça fait une dizaine d’années que des démarches sont entreprises pour vendre le couvent de Lac-au-Saumon.

« Il faut absolument s’en départir, comme n’importe laquelle famille qui a une grande maison et que les enfants partent, quand il reste seulement le couple, la maison est trop grande. Il faut vendre parce qu’économiquement ce n’est pas viable », affirme l’économe de la congrégation des Servantes de Notre-Dame-Reine-du-Clergé, sœur Chantale Blouin.

Les religieuses ont reçu quelques offres d’achat lors de la première tentative de vente, mais aucun projet n’assurait que le bâtiment construit en 1942 puisse survivre à long terme.

« On avait pris la décision de démolir et en cours de route d’autres promoteurs se sont présentés, mais plus du côté commercial. On laisse donc la chance au coureur actuellement de voir si au plan commercial il y aurait un projet qui pourrait s’établir dans le bâtiment », explique madame Blouin.

Dans les meilleures années, près de 200 religieuses occupaient le couvent. Elles ne sont plus que 25 à l’heure actuelle et la moyenne d’âge est de 87 ans. 13 patients laïcs vivent aussi à l’unité de soins.

« Quand on pourra avoir une date de déménagement futur, les gens vont travailler avec nous pour relocaliser et trouver des places pour nos patients », assure la directrice générale et des soins de la congrégation, France Lepage.

En incluant les bureaux, l’édifice pourrait compter jusqu’à 170 chambres. Pour l’instant, seulement le quart de l’espace est utilisé. Le bâtiment est mis en vente par un courtier à environ 4 millions de dollars.

« Les gens autour, les municipalités. On demande de l’aide. Il faut que les gens se mobilisent pour garder ce joyau-là dans la région », mentionne madame Lepage.

« Ce n’est pas les idées qui manquent pour l’occuper, mais c’est vraiment la possibilité de le faire et les fonds publics qu’on utiliserait pour faire l’acquisition ou pour l’entretenir. Ça serait difficilement justifiable pour une municipalité ou une MRC sans avoir un ou plusieurs projets là-dedans », explique la préfète de la MRC de la Matapédia, Chantale Lavoie.

Les sœurs prévoient quitter Lac-au-Saumon pour Rimouski. Des démarches sont en cours avec une résidence de personnes âgées du Groupe Fari. Le tout ne se fait pas sans émotion.

«  C’est émotif par moment, c’est émotif par moment », nous a confié sœur Chantale Blouin.