Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Délits sexuels sur des mineurs : Kevin St-Onge plaide coupable

Publié le 10 février 2021 à 15:09, modifié le 10 février 2021 à 16:30

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Kevin St-Onge, ce jeune homme de Saint-Pascal accusé de plusieurs crimes sexuels sur des mineurs, a plaidé coupable mercredi. Il a reconnu sa culpabilité à 31 des 33 chefs chefs d’accusation, dont leurre d’enfants et exhibitionnisme.

Huit victimes, pour la plupart âgées de moins de 16 ans, ont subi les gestes de l’accusé, entre janvier 2018 et octobre 2019. Il était alors âgé de 19 ans. Kevin St-Onge utilisait toujours le même modus operandi en contactant ses victimes sur les médias sociaux. Il utilisait les plateformes Instagram, Snapchat, Messenger et Tinder pour les complimenter. Il transmettait des photos de lui nu ou en sous-vêtements en plus d’envoyer des vidéos de lui en train de se masturber. Il leur demandait également d’envoyer à leur tour des photos d’elles. Plusieurs d’entre elles étaient des connaissances de l’accusé.

En plus de chefs de leurre et d’exhibitionnisme, l’accusé a aussi plaidé coupable à une omission de se conformer à une ordonnance. Il a été vu le 21 janvier 2020 sur une patinoire à proximité d’une école secondaire alors qu’il n’était pas en droit de le faire en vertu de ses conditions de remise en liberté. Il a répété le même manège en juin 2020 sur une piste d’athlétisme.

Sur les 33 chefs auxquels il faisait face, un chef d’agression sexuelle et un chef de contacts sexuels ont été retirés au moment d’enregistrer les plaidoyers de culpabilité. Des 31 chefs pour lesquels Kevin St-Onge a plaidé coupable, 23 ont fait l’objet d’un arrêt conditionnel des procédures, ce qui fait en sorte que sa sentence sera décidée en vertu de 8 chefs d’accusation.

Ces 8 chefs sont tous passibles d’un emprisonnement minimal d’un an sauf un qui est passible d’un emprisonnement minimal de 6 mois. Comme ces peines sont cumulatives, l’accusé pourrait passer un minimum de 7 ans et demi en prison. La défense, représentée par Me Vanessa Soucy, a cependant déjà fait part de son intention de contester le cumul des peines. La défense entend également contester l’inscription de son client au registre des délinquants sexuels à vie.

Après avoir déclaré Kevin St-Onge coupable, la juge Luce Kennedy lui a lancé une flèche et a dit souhaiter qu’il ne soit pas de retour en cour prochainement avec de nouveaux chefs d’accusation. Elle a mentionné qu’elle n’avait jamais vu en 10 ans de carrière comme juge un nombre aussi élevé de chefs d’accusation de leurre.

Un rapport présentenciel de même qu’un rapport sexologique de l’accusé ont été demandés pour la suite des procédures. Kevin St-Onge sera de retour au palais de justice de Rivière-du-Loup le 21 mai prochain. Il demeure en liberté pour la suite des procédures judiciaires.