Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Déception chez les pêcheurs d’huîtres de la Baie de Tracadie

Publié le 6 juillet 2020 à 16:38, modifié le 6 juillet 2020 à 16:49

Par: Antoine Pelland-Ratté

Au Nouveau-Brunswick, des pêcheurs d’huitres se disent déçus du manque du soutien du gouvernement provincial, alors que les études d’impacts s’éternisent dans la Baie de Tracadie. Sans d’éventuelles mesures de décontamination, des pêcheurs pourraient quitter le secteur.

Cela fait plusieurs années que l’état de la Baie de Tracadie se dégrade, menaçant la survie des huîtres. Lors d’une rencontre avec les pêcheurs la semaine dernière, des élus réclamaient des actions concrètes du gouvernement provincial et fédéral.

«L’aquaculture, c’est une priorité économique pour la province. On pourrait penser que la province voudrait tout faire pour aider les pêcheurs, mais c’est le contraire», lance le député de Tracadie Keith Chiasson. «Il y a eu des pertes dans les années passées, mais il n’y a eu aucune aide financière. Il ne veut pas explorer la possibilité d’offrir une assurance aux pêcheurs.»

«Tout de suite, ce qu’on attend avec les pêcheurs qui sont ici, c’est des actions concrètes avec des échéanciers», ajoute le maire de Tracadie, Denis Losier.

La contamination de l’étendue d’eau représente d’importantes pertes financières pour la quinzaine de pêcheurs. «On avait déjà eu la tempête Lorraine l’année passée. Là, ce qui se produit, c’est que quand l’eau devient trop chaude, beaucoup de ceux qui cultivent les huîtres ont des pertes financières dues à la mortalité des huîtres durant l’été», raconte l’ostréiculteur Lawrence Bulger.

«On sait que s’il n’y a pas d’actions de fait cette année, il y a des risques», prévient le maire de Tracadie. «Si on regarde les dernières années, il y a eu des pertes. Plusieurs producteurs ont perdu des milliers de livres. On parle de 500 000 huîtres ; 1 million d’huîtres. On ne veut pas que ça se reproduise.»

Le député d’Acadie-Bathurst, Serge Cormier, s’engage à travailler avec le ministère des Pêches et Océans, mais cet ostréiculteur de la Baie de Tracadie commence à s’impatienter. «Ce que monsieur Cormier nous a dit, c’est qu’il allait y avoir des études. Sur ce point de vue là, on a été assez déçus sur le côté de ça parce que c’est encore étude sur étude», dit-il.

Selon les explications du pêcheur et du député de Tracadie, la dégradation de l’eau de la baie est due à sa mauvaise circulation. Cet état est favorable à l’apparition d’algues, qui absorbent l’oxygène dans l’eau. Ils souhaitent donc que des travaux de dragage soient faits pour améliorer la circulation le plus tôt possible.