Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

La COVID-19 a fait un premier mort en Gaspésie ce samedi. Il s’agit de Gustave Joseph, un homme qui logeait au manoir du Havre à Maria et qui était hospitalisé en raison du coronavirus, rapporte sa petite-nièce, Kim Arsenault Joseph.

Nouvelles

De la zoothérapie à l’Aéroport Jean-Lesage

Publié le 21 février 2020 à 16:22, modifié le 21 février 2020 à 16:22

Par: Raphael Brouillette

Les voyageurs qui transitent par l’aéroport Jean-Lesage de Québec peuvent maintenant compter sur le réconfort de compagnons à quatre pattes. Un projet de zoothérapie mis sur pied grâce au Cégep de La Pocatière.

Si prendre l’avion est banal pour la majorité des voyageurs, ça peut parfois être stressant pour d’autres. Grâce au Cégep de La Pocatière, ces personnes peuvent maintenant compter sur le support des chiens et des étudiants du programme de zoothérapie, avant de s’envoler.

« Ils vont se promener dans l’aéroport et au gré des rencontres, ils pourront apporter un peu de réconfort aux personnes qui vivent de l’anxiété, du stress. Peut-être, juste mettre un petit peu de bonheur dans leur vie. » Marie-Claude Deschênes, DG Cégep de La Pocatière

Le projet pilote d’une durée de huit semaines permet aux étudiants de travailler dans un nouvel environnement. Eux qui sont habitués de visiter les établissements scolaires et hospitaliers. Tout un changement pour Nancy Renault, une finissante du programme.

« Je travaille déjà auprès d’élèves avec besoins particuliers, mais j’avais le goût de tenter une nouvelle expérience. D’amener du réconfort aux gens. C’est le fun de voir les gens qui s’intéressent aux chiens.

À raison d’une fois par semaine, les bêtes et leurs maîtres partent à rencontre des passagers. « Il va y avoir des plages horaires qui vont être déterminées d’avance et nous aurons toujours une diade. C’est-à-dire un étudiant avec son chien et un enseignant qui supervise parce que ce sont évidemment des stagiaires », ajoute madame Deschênes.

Ce genre de collaboration est une première pour l’établissement d’enseignement. L’initiative vient toutefois d’employés de Jean-Lesage. Le vice-président exploitation de l’aéroport est d’ailleurs très fier de l’initiative.

« En fait à l’aéroport de Québec on cherche de toutes les façons possibles de rendre l’expérience passager plus agréable et plus détendu parce qu’on sait que ça peut être un endroit parfois stressant. On court pour prendre son avion on ne veut pas manquer son avion. »

Le bien-être des chiens est au cœur des priorités, car ils doivent eux aussi s’acclimater. Amélie Martin, une enseignante en zoothérapie souligne que c’est un processus rigoureux et à l’écoute des bêtes.

« On va observer voir s’ils sont à l’aise on va évaluer leur bien-être aussi on a une grille qui nous permet de voir, est-ce qu’ils ont besoin d’une pause ? »

Si l’expérience est concluante, le partenariat pourrait devenir permanent.