Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

COVID-19 : les camionneurs sur la ligne de front

Publié le 31 mars 2020 à 16:13, modifié le 31 mars 2020 à 17:19

Par: Fabienne Tercaefs

Les camionneurs font partie des travailleurs très sollicités en ce moment. Ils assurent le ravitaillement des épiceries et des entreprises de services essentiels. Leur travail au quotidien a en partie changé.

« Faut qu’on continue à rouler parce que si nous on arrête, le monde va arrêter complètement, » déclare Alain Paulin, camionneur de passage dans la région.

Les chauffeurs de poids lourds sont sur le front depuis le début de la pandémie. Il a fallu qu’ils s’adaptent notamment avec la fermeture des restaurants. Il ne reste plus que des formules à emporter. «Souvent on prend notre repas au restaurant et on en profite pour décompresser un peu mais là malheureusement faut travailler avec les moyens du bord, on amène notre lunch. (…) C’est le côté social qui me manque,» déplore Rémi Julien, camionneur.

Les horaires ne correspondent pas toujours à leurs besoins. « Les restaurants sont juste ouverts à certaines heures comme ici le Irving sont ouverts de 11h à 7h le soir, fait que le matin pour déjeuner… Tu manges ce qu’il y a déjà de fait, des sandwiches ou des muffins et des choses comme ça. Ce n’est pas évident, » explique Alain Paulin. « La semaine passée j’ai bu mon premier café à 10h30 et j’avais décollé à 3h de la nuit. Ce côté-là c’est plate, on comprend mais c’est plate, » ajoute Serge Sylvain.

Le moral est bon, même si certains avouent que leurs familles sont parfois un peu angoissées. Dans ce contexte de pandémie, s’il y a bien quelque chose qui fait chaud au coeur, ce sont ces gestes de soutien que les camionneurs reçoivent de temps à autre.

« Hier ça m’a frappé énormément. A Frédéricton, il y a une enseigne que des personnes ont fait. C’était écrit en gros, Thank you et plus loin Trucker,» raconte Serge Sylvain. « De temps en temps tu vas voir une auto que tu vas croiser et qui va te lever la main, quelque chose qu’on ne voyait pas avant, » renchérit Alain Paulin.

Selon certains d’entre eux, les mentalités changent affirme l’un d’entre eux : «Avant les camionneurs on était des gros méchants, puis là ils ont l’air de plus nous apprécier j’imagine. »

 

Au début des mesures gouvernementales, ils se sont retrouvés sans endroit pour manger, se laver ou aller aux toilettes.  Quelques jours d’ajustements ont été nécessaires avant que les commodités ne rouvrent pour eux. Afin de permettre aux travailleurs d’effectuer leurs déplacements essentiels, le ministère des Transports ouvre plusieurs haltes routières saisonnières. Celle de Notre-Dame-du-Portage sur l’autoroute 20 en direction Est sera accessible à partir de vendredi.