Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

Un accident mortel est survenu sur la route 132, à Hope Town, vers 13h30 cet après-midi.

Nouvelles

COVID-19 : Des camionneurs peuvent se faire tester aux frontières

Publié le 29 mai 2020 à 17:52, modifié le 29 mai 2020 à 17:52

Par: Charles Camirand

Au Nouveau-Brunswick, il est possible depuis jeudi pour les camionneurs de la province d’effectuer des tests de dépistage à la frontière interprovinciale située à Edmundston. Cette initiative a été proposée par Fredericton et la santé publique.

Ces tests de dépistage vont se faire uniquement sur une base volontaire. L’objectif de la province est clair : tester un camionneur du Nouveau-Brunswick sur six. Une démarche qui est saluée par l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique.

«Il n’y avait pas de cas. Donc, on était vraiment les seuls qui traversaient les lignes, qui étaient à risque si vous voulez. Donc, il voulait commencer à tester les conducteurs et on s’en attendait», a mentionné le directeur général de l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique, Jean-Marc Picard.

À la frontière interprovinciale, ce sont des employés d’Ambulance Nouveau-Brunswick qui chapeautent les examens. Si le conducteur accepte, il doit stationner son camion pour aller au bureau du poste de contrôle avec les autorités.

« Ils ne sont pas obligés de s’isoler après le test, ils peuvent continuer leurs routes. S’ils sont positifs, ils vont avoir un appel de la province. Et là c’est sûr qu’il va falloir qu’il retourne chez eux. », a expliqué le directeur général de l’association du camionnage des provinces de l’Atlantique, Jean-Marc Picard.

Les tests se déroulent entre 8h et 16h en journée. Cette initiative provinciale est saluée par certains camionneurs de la région.

«S’il me l’offre, je vais le demander. Je vais le prendre le test. Pour avoir une sécurité pour moi. Une sécurité pour ma famille et mes amis», a lancé un camionneur.

Leur quotidien a changé depuis le début de cette crise. S’ils peuvent traverser les frontières étant un service essentiel, difficile de trouver un endroit pour s’arrêter après de longues heures de route.

«Je trouve ça dur. D’une chose, parce que les restaurants, c’est fermé. Notre vie sociale, on ne l’a plus bien bien», a affirmé le camionneur pour la compagnie Elrancho.

Malgré l’éclosion de cas observée à Campbellton, une augmentation des tests sur les camionneurs n’est pas envisagée par le gouvernement pour le moment.