Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Contrer l’érosion des berges une bonne fois pour toutes

Publié le 16 mai 2019 à 16:37, modifié le 16 mai 2019 à 17:09

Par: Anne-Laurie Asselin

L’érosion des berges gruge du terrain dans la région. C’est pourquoi 4 municipalités ont voulu mettre un frein à ce fléau avec un nouveau projet.

«Un matin je me lève et mon cèdre avait descendu, alors mes arbres avaient tous descendu. Qu’est-ce qui se passe? Je m’habille et je vais voir sur le bord de la falaise et la falaise avait glissé », raconte un résident de New Richmond, Gérard Boudreau.

Imaginez la réaction de Gérard Boudreau, un résident de New Richmond lorsqu’il s’est réveillé un bon matin et que ses arbres avaient disparu de son terrain. Bien que son histoire remonte à quelques années, elle est loin d’être un cas isolé d’érosion des berges dans les Baie-des-Chaleurs.

«J’ai perdu grosso modo une quinzaine de pieds de terrain, il y avait même un bout de gazon en bas là et on a tout perdu ça », poursuit-il.

Avec plusieurs partenaires et en étroite collaboration avec les citoyens, 4 municipalités de la région se sont regroupées pour créer un plan de gestion des zones d’érosion côtière. Maria, Bonaventure et Carleton-sur-Mer sont impliquées dans le projet qui est piloté par la ville de New Richmond. Leur objectif commun est de réfléchir avec les citoyens sur des solutions pour contrer l’érosion des berges, un impact du réchauffement climatique.

«Les citoyens le vivent aux quotidien, il faut accompagner les gens qui sont dans ces zones-là d’érosion côtière, il faut les outiller, il y a un grand volet éducatif aussi»,explique le directeur général de la Ville de New Richmond, Stéphane Cyr.

Puisque chaque terrain possède des particularités, par exemple le type de sol varie d’un endroit à l’autre, les mesures pour contrer l’érosion des berges sont elles aussi différentes pour chaque propriété et ce sont ces outils que ce plan suggérera.

«Concrètement on veut amener des outils assez simples à appliquer pour les citoyens et pour les municipalités», ajoute-t-il.

Ce projet de plus de 500 000$ est financé à 75% par le gouvernement du Québec. Le processus devrait démarrer dans les prochaines semaines et durer trois ans.

Il sera ainsi plus évident pour les citoyens de mieux comprendre les aménagements possibles sur leur propriété, c’est le cas notamment des résidents de Carleton-sur-Mer où le problème d’érosion des berges est bien présent.