Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Co-éco lance un défi aux artisans de la région

Publié le 13 mars 2018 à 15:20, modifié le 13 mars 2018 à 20:50

Par: Catherine Boucher

Récupérer des objets patrimoniaux et les transformer en œuvre d’art. C’est ce que propose Co-Éco, qui a fait  appel à la créativité des artisans de la région avec son Challenge Arts et Patrimoine.

«On veut qu’on en parle! On veut que les gens disent: ’’Hey on n’avait pas pensé à ça’’!», s’exclame François Gendron, l’un des agents spéciaux pour Co-Éco.

Les 13 participants ont été conviés à la boutique Écochantier à Saint-Pascal pour choisir leur pièce de travail.

«On leur a dit:  »si ça vous inspire on va vous donner un choix, vous prendrez le morceau qui vous intéresse pour vous l’approprier et faire autre chose avec »», explique-t-il.

«Quand j’ai vu que ça nous était proposé je me suis dit: ‘’ wow, c’est une belle occasion de travailler toutes les choses du passé».

Il s’agit de la toute première fois que Co-Éco propose un tel projet aux gens de la région. Chose certaine, ce n’est pas l’intérêt qui manque!

«Quand j’ai vu que ça nous était proposé je me suis dit: ‘’ wow, c’est une belle occasion de travailler toutes les choses du passé! Au-delà de juste l’idée de récupération, ça crée une fierté quand quelqu’un réalise une pièce de lui-même», constate l’artiste en arts visuels Isabelle Castonguay.

Parmi les vingt objets mis à la disposition des créateurs, Mme Castonguay a choisi une porte ancestrale.

«À quoi elle servait cette porte-là avant je ne le sais pas, mais à quoi elle pourra servir? Je pense que ça va être dans ma réflexion pour le temps qu’il me reste à faire», songe l’artiste.

Miguel Forest a quant à lui choisi de créer un hommage aux bâtisseurs.

«Mon père travaillait en construction, j’avais besoin de quelques pour m’inspirer. J’ai d’abord travaillé au pinceau sur une vitre avec de l’ancre d’impression. Ensuite, j’ai imprimé le papier sur la vitre et l’ancre s’est transféré sur le papier. La fenêtre est par la suite imprimée par-dessus le papier», explique le graphiste, peintre et graveur.

Une technique particulière qui suscite déjà beaucoup d’intérêt.

«Je suis ravi de voir ce que Miguel a fait, parce qu’il est complètement sorti des sentiers battus. Il n’a pas transformé l’objet, il a pris l’objet pour créer une autre œuvre d’art à partir de là», admet François Gendron de Co-Éco.

Les artisans ont jusqu’au 31 mars pour compléter leur œuvre. Le vernissage du Challenge Art et Patrimoine aura ensuite lieu en avril prochain dans la MRC de Kamouraska. Pour tous les détails, suivez la page Facebook d’Écochantier.