Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Citoyens et politiciens contre le déclenchement d’élections

Publié le 28 juillet 2020 à 17:29, modifié le 29 juillet 2020 à 10:35

Par: Antoine Pelland-Ratté

Alors qu’Élections Nouveau-Brunswick anticipe le déclenchement d’élections générales dans la province, des citoyens sont septiques quant à leur nécessité. Des élus de l’opposition officielle doutent également que le moment soit approprié.

La décision d’Élections Nouveau-Brunswick de dépenser 1 million de dollars dans l’achat de matériel hygiénique a mis la puce à l’oreille à plusieurs citoyens de la Péninsule acadienne. Visiblement, l’idée d’une campagne électorale en période de pandémie n’enchante pas tout le monde.

«Je pense qu’il y a d’autres choses de plus important à l’heure actuelle comme le système de santé.»

«Ça coûte trop cher pour gaspiller sur la moitié de monde qui n’est pas capable de voter.»

«On ne sait même pas encore comment les écoles vont fonctionner et le gouvernement veut de toute évidence déclencher une élection. C’est de l’opportunisme politique.»

«Si c’était dangereux de fermer les frontières et de tous rester chez soi pour être capable de se protéger contre la COVID-19, c’est aussi dangereux pour élire des députés.»

À Fredericton, les partis d’opposition sont contre le déclenchement hâtif des élections. «Ce n’est pas du tout souhaitable. La population du Nouveau-Brunswick veut voir leur gouvernement, leur premier ministre et leur député se concentrer sur la gestion de la pandémie», prévient le Porte-parole de l’Opposition officielle en finances, Roger Melanson.

Il préférerait que les dépenses soient mieux investies. «Un million de dollars de coûts additionnels, qui est estimé minimum, pourrait être investi ailleurs, soit à la rentrée scolaire, soit à la relance économique et certainement dans la gestion de faire sûr que l’on continue à bien faire au niveau de cette pandémie.»

Pour la députée de Caraquet, Isabelle Thériault, le moment est loin d’être opportun pour des élections.

«En temps de pandémie mondiale où la planète a été en pause… Je pense que l’accent devrait être justement sur les citoyens, le bien-être des citoyens. Il y a des foyers de soins ici qui ne sont pas encore rouverts au Nouveau-Brunswick», dit-elle.

Le gouvernement de Blaine Higgs bénéficie d’une plus grande popularité depuis le début de la pandémie. Est-ce que ce sera suffisant pour obtenir la majorité, c’est le pari que pourrait prendre les progressistes-conservateurs au cours des prochaines semaines.