Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Charles Blais-Dionne, un agent de joueurs avec de grandes visées

Publié le 29 novembre 2023 à 18:43, modifié le 29 novembre 2023 à 18:43

Par: William Boivin

Un jeune agent du KRTB poursuit son cheminement dans ce monde très compétitif de joueurs de hockey. Charles Blais-Dionne du Kamouraska gravi les échelons avec le Groupe KAM Sports. Il représente une cinquantaine de joueurs de divers niveaux aux quatre coins de la planète.

L’agent de joueurs de hockey Charles Blais-Dionne profite de son retour dans sa région natale pour rendre l’utile à l’agréable

«C’est toujours plaisant de venir voir la famille dans le coin et c’est sûr que je prends des nouvelles des joueurs à Rivière-du-Loup et on essaie de voir la relève qu’il y a au Bas-St-Laurent.»

Son métier l’amène à passer autant de temps dans la voiture que dans les arénas

«Beaucoup de solitude sur la route, aux quatre coins du Québec, on a des clients aux États-Unis, on a des clients dans l’Ouest.»

D’où tu es parti dans ce métier et où tu es rendu aujourd’hui, crois-tu que tu sois en train de faire ta place et ta niche dans ce métier?

«Je pense que oui, je commence à gagner plus le respect, le mieux c’est de ne pas prendre trop de clients au départ, et bien les suivre et ensuite c’est beaucoup de bouche à oreille qui fait les références dans le milieu.»

Le jeune agent recherche une chose bien précise chez un hockeyeur

«Le non verbal, on peut déjà voir le niveau de compétition, la concentration, comment il reçoit la critique des entraîneurs.»

Il commence à approcher des joueurs et des familles dès le niveau bantam

«18 ans et moins, la famille c’est vraiment important, c’est même plus important que la relation avec les joueurs. On parle plus souvent aux joueurs qu’avec l’athlète.»

Lui et le Groupe Kam Sports ne sont pas à l’aise de recruter dans les plus basses catégories.

«Pee-wee tu rajoutes 2 ou 3 ans dans le développement, nous ne sommes juste pas confortable de nous asseoir, parler avec des familles et leur dire ou leur jeune sera dans 7-8 ans, c’est juste trop difficile à prédire. De notre côté, c’est un engagement à long terme, mais on veut aussi que ce soit réaliste.»

Étant natif du KRTB tu regardes avec intérêt les talents que tu pourrais représenter, tu en as avec les Albatros cette année d’ailleurs?

«On travaille avec le défenseur Théo Lebrun, un jeune natif de Saint-Pascal et on croit en son potentiel pour le futur.»

Charles Blais-Dionne n’oublie pas d’où il vient et il est déterminé à faire sa place dans ce grand milieu.

«De garder l’objectif à long terme et de bien suivre les étapes.»