Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

CCNB d’Edmundston: des étudiants en charpenterie impliqués dans la communauté

Publié le 13 octobre 2021 à 10:57, modifié le 13 octobre 2021 à 10:57

Par: Gilles Duval

Les étudiants du cours de charpenterie du Collège communautaire d’Edmundston jumellent l’apprentissage à l’implication communautaire. Depuis la récente rentrée, ils ont d’ailleurs réalisé deux projets au profit d’organismes locaux.

Depuis septembre, le programme d’un an en charpenterie accueille 10 étudiants sur les 14 places disponibles. Après avoir aménagé une aire d’observation dans les sentiers de vélo de montagne du Madawaska, ils sont à l’œuvre pour un autre projet au Centre plein air Mont Farlagne.

-«Depuis quelques années, au lieu de faire travailler nos étudiants et démolir par la suite, on est capable d’aller chercher un travail de meilleure qualité et les étudiants sont plus fiers du travail qu’ils font», a indiqué François Rouleau, professeur de charpenterie au CCNB d’Edmundston.

Les étudiants ont passé trois semaines en classe avant d’aller sur le terrain. Cette initiative devrait les tenir occupés jusqu’en décembre.

-«Le bâtiment en hiver, il va servir pour l’équipe de ski du Mont Farlagne et pendant l’été et les autres mois, ce sera l’équipe de course de vélo de montagne d’Edmundston qui va s’en servir», a précisé Pierre Bérubé, porte-parole de l’équipe de ski de compétition du Mont Farlagne et du Club vélo Edmundston Racing (CVER).

Après avoir pris part à ces deux projets cet automne, ils retourneront en salle de classe pour l’hiver.

-«C’est un peu de l’enseignement inversé parce que cet hiver, on va revenir en théorie pour compléter», a ajouté l’enseignant Rouleau.

À 38 ans, Michel Michaud, un enseignant de carrière a pris un congé d’études pour s’initier à ce domaine.

-«Premièrement, c’est pour apprendre du savoir-faire dans le métier ; et deuxièmement, c’est pour assurer des enseignants de relève pour les métiers dans le district», a -t-il expliqué.

Des étudiants se sont inscrits dans ce programme avec ou sans expérience dans ce métier.

-«Mon père et mon frère, c’est ce qu’ils font et cet été je suis allé travailler avec eux et j’ai vraiment aimé cela», a souligne Justin Sirois, de Grand-Sault.

-«Moi j’aime bien cela être dehors ; je me suis dit je vais aller voir un programme où tu es dehors à la journée longue», a commenté Isaac Nadeau, de Saint-Jacques.

-«Entièrement nouveau ; pour la théorie, je suis pas pire ; mais sur le chantier, les jeunes m’en montrent pas mal… », a poursuivi Michel Michaud.

Les débouchés sont actuellement intéressants pour les finissants au programme.

-«On pourrait en placer deux fois plus que les étudiants que nous avons», a fait remarquer l’enseignant Rouleau.

-«J’aimerais cela travailler pour moi-même», a dit souhaiter Justin Sirois.

-«J’aimerais bien me partir ma propre entreprise, c’est une chose qui est quand même difficile à faire», a dit espérer Isaac Nadeau.

La première année est le préambule de quatre blocs d’apprentissage permettant d’obtenir l’accréditation nationale de charpentier.