Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Casino: Michel Couturier déterminé à faire réagir le gouvernement

Publié le 11 septembre 2019 à 12:26, modifié le 11 septembre 2019 à 16:08

Par: Eve Beauregard

L’avenir du Casino continue de faire réagir dans Charlevoix. Le maire Michel Couturier est déterminé à faire avancer le dossier auprès du gouvernement, qui continue de garder le silence malgré le fait qu’il a les résultats de l’étude d’impact de Loto-Québec entre les mains. Le maire a convoqué ce matin tous les acteurs importants du dossier.

Les maires de la région, les présidents de syndicats, les acteurs économiques, tous y étaient pour faire entendre leur voix auprès du gouvernement. Les différents discours portaient sur l’aspect humain de cette incertitude qui plane sur les employés et citoyens de la région. « C’est ce que les employés disent ‘respectez-nous et arrêter de nous faire vivre dans l’insécurité’ », affirme Michel Couturier, maire de La Malbaie.

À plusieurs reprises, il a été mentionné que de ne pas avoir de réponse était un manque de respect de la part du gouvernement et qu’il serait temps que la situation change, que l’on confirme à la région que le jeu ne sera pas bonifié à Québec et que le casino de Charlevoix conservera ses acquis.

« On interpelle le ministre Legault d’être conséquent avec le message qu’il a lancé en campagne électorale par rapport aux emplois de qualité en région, alors la réponse elle est claire pour nous. Il suffit de nous la transmettre en ce moment », explique Sylvie Pelletier, présidente du Syndicat de l’Unité générale du Casino de Charlevoix.

 

Le préfet de la MRC de Charlevoix-Est, Sylvain Tremblay, estime que Charlevoix a assez payé dans les dernières années : « Nous, on a perdu 20-25 millions de masses salariales. Que ce soit General cable, la machine 4. On a perdu nos cadres du côté du CIUSSS, on ne sait pas où on s’en va avec la commission scolaire. Là, on a le casino encore là-dedans. On est tannée. On est tanné et on veut passer à autre chose. »

Questionnée plus tôt cette semaine à ce sujet, la députée de la région, Émilie Foster, n’a pu se faire rassurante : « Je comprends l’impatience de la population. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est encore à l’étude au ministère des Finances. »

Des mouvements de mobilisations prendront prochainement forme et la stratégie de ceux-ci sont présentement discutés. Le Congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités, du 26 au 28 septembre, est d’ailleurs dans les plans. « C’est vrai qu’on va se faire entendre. La FMQ, il y aura probablement des mouvements populaires dans la région ici, autour du casino, mais ça on va le voir, on va le définir », dit Michel Couturier.