Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Camping : discussions entre le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles et Gaspé

Publié le 31 juillet 2020 à 16:56, modifié le 31 juillet 2020 à 16:56

Par: Louis-Philippe Arsenault

Gaspé pourrait avoir le pouvoir d’encadrer le camping illégal en 2021. La MRC de Côte-de-Gaspé est en pourparlers avec le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, l’actuel propriétaire des plages. Ce dernier serait prêt à transférer sa responsabilité aux municipalités afin de leur permettre de réglementer le camping.

Sans l’interdire complètement, la Ville de Gaspé souhaite pouvoir encadrer le camping sur les plages. Le propriétaire, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) confirme que des discussions sont en cours pour donner ce pouvoir à la municipalité.

« Des pourparlers sont en cours avec la mairie de Gaspé et les MRC de la région pour identifier les mécanismes qui leur permettraient de gérer le camping sur leurs territoires respectifs », affirme Sylvain Carrier, relationniste média au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

La MRC qui ne souhaite pas faire d’entrevue sur le sujet indique qu’une entente de délégation pourrait être négociée à l’automne dans le but qu’elle soit en vigueur à l’été 2021. Dans un communiqué, la MRC écrit : « Ultimement, notre volonté est de ne plus jamais revivre une situation de l’ampleur connue à l’été 2020 sur nos plages, et nous mettrons tous les efforts en ce sens, une étape à la fois »

Aux Îles-de-la-Madeleine, une entente du genre a été signée il y a quelques années ce qui a octroyé à la MRC le pouvoir de réglementer la circulation sur les dunes. « Nous faisons partie des rares MRC, qui par entente de gestion avec le ministère de Ressources naturelles, ont le pouvoir de légiférer de réglementer l’utilisation de ces fameuses terres publiques là », explique le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre.

À Gaspé, le ministère rappelle qu’il est possible de s’installer sur les plages pour y camper la nuit.  « En vertu de la Loi sur les terres du domaine de l’État (LTDE), il est permis de faire du camping partout sur les terres publiques pour une période maximale de 7 mois », souligne M. Carrier. Mais à quelques conditions, ajoute-t-il. « L’équipement utilisé doit toutefois demeurer mobile, temporaire et non attaché au sol. Au terme de leur séjour, les citoyens doivent remettre les lieux dans leur état d’origine et emporter leurs déchets. »

Du côté de Percé, bien qu’il n’y ait pas d’entente de délégation avec le ministère, une réglementation de la ville a été instaurée en 2013. Elle interdit le camping dans les lieux publics comme l’indiquait la mairesse le 20 juillet dernier.  « Les plages ne sont pas propriété de la ville par contre ce sont des endroits publics donc ils sont inclus dans notre règlement pour les lieux publics. Notre règlement nous permet de travailler avec la SQ au fait c’est un règlement qui est applicable par la Sûreté du Québec », soutient la mairesse de Percé, Cathy Poirier.