Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Bulle interprovinciale : réactions partagées au Témiscouata

Publié le 31 juillet 2020 à 16:50, modifié le 31 juillet 2020 à 17:04

Par: Jasmine Gregoire

La MRC de Témiscouata est la seule au Bas-Saint-Laurent à avoir accès à cette bulle avec le Nouveau-Brunswick.

Un pas de plus vers une ouverture avec le Québec selon Guylaine Sirois, préfet de la MRC : «Je crois que ça va être bien, les gens avaient peur que ce soit spécifique à une localité, alors que là maintenant c’est les 19 municipalités, les résidents vont pouvoir y aller»

Pour entrer au Nouveau-Brunswick, les Témiscouatains devront confirmer qu’ils n’ont pas quitté leur communauté au cours des 14 derniers jours : «Les gens de la municipalité du Témiscouata sont contraints de ne pas aller à l’extérieur de cette bulle non plus, c’est ça qui est un peu contraignant pour elles. Si elles veulent aller à Rivière-du-Loup, ça ne marche plus, ce n’est pas la même MRC.» dit-elle.

Cette fermeture entre les provinces a aussi pris plusieurs voyageurs au dépourvu selon Éliane Deschênes, directrice adjointe de l’Hôtel 12-12 : «On a un certain nombre de gens qui justement sont refusés à la frontière du Nouveau-Brunswick. Et puis forcés un peu de coucher chez nous.»

Une homme de l’Ontario en visite est aussi surpris que la frontière soit fermée : «Je trouve ça ridicule de la part du gouvernement du Nouveau-Brunswick de fermer la frontière comme ça, parce que le monde d’ici a besoin d’aller là pour faire des courses et du business.»

Si l’inscription obligatoire est une bonne idée pour certains…«C’est sûr que je trouve ça intéressant l’inscription en ligne, ça permet avec une moins grande attente de passer au Nouveau-Brunswick. »

Ça s’annonce compliqué pour d’autres : «Avec le téléphone, j’ai essayé pour le fun 2-3 fois. Ils te demandent d’aller en français, et tu y vas, mais à la fin ils te ferment ça en anglais. Ils te ferment ça et raccrochent, il faut rappeler plus tard. Par téléphone, je ne crois pas que les gens vont être capables de le faire. »

En raison des démarches compliquées pour obtenir l’autorisation de passage. Fort à parier que la frustration sera au rendez-vous dans les prochains jours à la frontière.