Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Avenir incertain du train l’Océan de VIA Rail

Publié le 31 mars 2021 à 16:18, modifié le 31 mars 2021 à 16:18

Par: Derek Dubé

Le trajet du train l’Océan entre Montréal et Halifax est interrompu depuis le début de la pandémie. Rien n’indique qu’il pourra reprendre du service, au contraire. Une situation qui inquiète au Nouveau-Brunswick.

Déjà éprouvé par la crise sanitaire, VIA Rail voit les problèmes s’accumuler pour l’Océan. Le train ne peut plus faire demi-tour à Halifax après avoir perdu accès à une boucle de la voie ferrée. Il est donc forcé de faire marche arrière pour retourner à Montréal. Mais le mauvais état de certains wagons rend cette alternative impossible.

« C’est des petits problèmes qui seraient, je le répète, réglés très rapidement si c’était le tronçon entre Windsor et Québec » a laissé savoir le directeur général de l’Association francophone des municipalité du Nouveau-Brunswick, Frédérick Dion.

Cette situation ne devrait pas se produire selon l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick.

« C’est tout à fait aberrant, on devrait plus maximiser et utiliser davantage ce moyen de transport » a-t-il ajouté.

Plusieurs tronçons de la voie ferrée doivent être remplacés, dont entre Bathurst à Miramichi. D’ailleurs, les trois élus fédéraux du Nord tentent par tous les moyens de s’entretenir avec Via Rail, mais sans succès.

« Dans le temps, ça fait peut-être un an ou deux, qu’on les avait rencontrés et ils disaient qu’ils étaient ouverts à investir, mais on a de la difficulté à avoir des suivis » a expliqué le député fédéral de Miramichi – Grand-Lake, Pat Finnigan.

Un trajet exclusivement pour le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse serait envisagé pour remédier à la situation.

« Les gens pourrait prendre le train le matin et aller à Moncton et arriverait vers midi, ils font leurs affaires et peuvent revenir ou passez une journée et prendre le train le soir » mentionne le député Finnigan.

L’incompréhension se fait sentir dans la population.

« Je ne suis pas un habitué de cela, mais il y en a beaucoup qui se servent du service aujourd’hui même. S’ils ne peuvent pas, ce n’est pas un cadeau. »

« Je ne crois pas à cela. Ils sont tous capables d’arranger cela. Ce n’est pas vrai cela. »

« Ça n’aura pas de bon sens. Privé le monde de prendre le train, il y en a beaucoup qu’ils le prennent. »

Pat Finnigan doit s’entretenir sous peu avec le ministre fédéral des Transports. De son côté Via Rail affirme qu’il a l’intention de relancer l’Océan dès que la situation le permettra.