Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

45 % des Gaspésiens sont vaccinés

Publié le 6 mai 2021 à 17:37, modifié le 7 mai 2021 à 10:57

Par: Antoine Pelland-Ratté

La campagne de vaccination contre la COVID-19 va de bon train en Gaspésie, malgré les récentes éclosions. Néanmoins, le directeur de la santé publique gaspésienne prévient qu’il faut demeurer vigilant pour espérer une longue saison touristique.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie se réjouit de l’efficacité de sa campagne de vaccination régionale. 45 pour cent des citoyens ont reçu une première dose de vaccin, soit 7 pour cent de plus que dans le reste du Québec. Encore mieux ; ce sont 80 pour cent des résidents des Îles-de-la-Madeleine qui ont été vaccinés. D’ailleurs, la santé publique régionale vise un taux d’immunité collective élevé.

« On aime mieux viser 85 % pour avoir minimalement 75 %, mais on vise 85 %  », explique la directrice de la vaccination du CISSS de la Gaspésie, Johanne Méthot.

Le 14 mai : c’est la date à laquelle on envisage débuter la vaccination des 18 à 24 ans. 26 mille nouvelles doses seront livrées en Gaspésie d’ici le 12 juin. Chaque personne peut choisir son vaccin. Cela dit, il y en a des plus populaires que d’autres.

« À ce moment-ci pour Astrazeneca, sur 100 % des vaccins, c’est 13,7 %. Moderna, c’est 19,9 %, et on comprend que la majorité de nos vaccins sont avec Pfizer. Présentement, c’est 63,8 % », précise Johanne Méthot.

Par contre, la vaccination ne saurait à elle seule prévenir toute contagion. Selon le directeur de la Santé publique, les quatre nouvelles éclosions dans la région peuvent être liées à de la négligence.

« Il y a beaucoup de gens qui, malheureusement, pensent qu’ils font juste une petite grippe ou un petit rhum ou juste un petit mal de tête, que ça va passer et que ce n’est pas grave, dit-il. Et bien non. Actuellement, il faut être très très suspicieux chaque fois qu’on a des symptômes. Alors malheureusement, dans les éclosions que l’on a, c’est ce genre de chose qui s’est un peu passé. »

En ce qui concerne la saison touristique imminente, elle dépendra de la situation épidémiologique. « Supposons qu’on serait rendu au 31 mai aujourd’hui, et bien malheureusement il faudrait leur dire qu’il va falloir attendre encore un peu et retarder la saison » prévient le directeur régional.

La santé publique anticipe un été semblable à celui de l’année dernière pour la Gaspésie, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.