Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

15 ans de musique au bout du monde

Publié le 10 août 2018 à 11:44, modifié le 10 août 2018 à 11:44

Par: Stéphanie Collin

La 15e édition du Festival Musique du Bout du Monde a été lancée hier soir au centre-ville de Gaspé. Chaque année, les festivaliers peuvent assister à différents spectacles et faire des découvertes musicales. Pour cette 15e année, les organisateurs ont misé sur l’audace.

Gaspé vibre sous la musique du bout du monde depuis maintenant 15 ans.

«L’idée de base est demeurée. c’est-à-dire, ouvrir l’esprit des gens sur les différentes cultures et les différentes musiques du monde», explique la présidente du Festival Musique du Bout du Monde (FMBM), Sophie Bourdages.

«On arrive à dénicher des talents qui sont déjà émergents et on parie sur eux. Notre public les adopte», ajoute Alexa Sicart, coordonnatrice à la programmation et aux communications du Festival Musique du Bout du Monde.

Les festivaliers peuvent encore cette année assister à des spectacles d’artistes bien connus et émergents.

«On essaie toujours de retrouver un équilibre entre la programmation, des valeurs sûres, mais aussi des artistes de la relève», mentionne Alexa Sicart.

«On a un petit rôle d’éducateur. C’est-à-dire que puisque les gens n’ont pas nécessairement la chance de voir des spectacles comme ça n’importe quand, sur la rue ou sous le chapiteau, on se doit chaque année d’innover», dit Maïté Samuel-Leduc, programmatrice et responsable des médias sociaux du FMBM.

«On initie beaucoup plus d’ateliers que les dernières années. On invite les festivaliers à venir à la rencontre de nos artistes. On a un atelier de slam avec YAO. On a même un atelier de chant de gorges avec Alash Ensemble qui est le groupe présenté au Cap Bon-Ami», explique Alexa Sicart.

Ce sont 36% de touristes qui assistent aux festivités. De ce pourcentage, plus de la moitié se déplacent spécialement pour le festival Musique du Bout du Monde.

«Plus de la moitié des touristes viennent ici parce qu’il y a le festival. Mais, on arrive à garder un bel équilibre entre la population du grand Gaspé et la population touristique», stipule Alexa Sicart.

«Les gens se donnent rendez-vous, prennent leurs vacances en fonction de ça pour revenir en région […] Il y a vraiment une fébrilité qui s’installe dans le centre-ville», mentionne la présidente du FMBM.

Les organisateurs derrière l’événement attendent avec impatience ce moment chaque année.

«Pour moi, le festival c’est une grande rencontre. Une grande rencontre avec les artistes, avec les amis. Les gens se donnent rendez-vous sur le site du festival pour se voir», explique Maïté Samuel-Leduc.

«Cette fin de semaine, je pars en voyage, et je retourne coucher dans mon lit tous les soirs. Ça me transporte! Ce soir (jeudi), on va aller à Cuba. Samedi, au Mexique. Vendredi, c’est Fwonte qui est originaire d’Haïti. On voit plein de différentes cultures», dit Sophie Bourdages.

Même après 15 ans, le festival arrive encore à surprendre et à faire vivre des découvertes musicales à son public.