Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

10 000 $ encore à trouver pour la piste de BMX à St-Joseph-de-Kamouraska

Publié le 30 avril 2021 à 17:32, modifié le 30 avril 2021 à 17:33

Par: Samuel Gosselin Belanger

Il ne manque que 10 000 $ pour finaliser la piste du Club de BMX Les Lynx du Kamouraska située à Saint-Joseph. Celui-ci demande donc l’aide de la population. Ce projet de près de 160 000 $ a débuté il y a quatre ans déjà.

Les jeunes sportifs sont nombreux à dévaler la piste de BMX du Kamouraska. Ouverte que partiellement en raison d’un problème de financement, la COVID-19 a également ralenti les travaux de drainage et d’excavation, notamment.

« On avait déjà des activités prévues de financement. Par contre, avec tout ce qui s’est passé à cause de la COVID, nous n’avons pu faire ces activités-là. Donc, ça nous a nui pour finaliser notre projet », mentionne d’emblée le président du Club de BMX des Lynx du Kamouraska, Frédérik Bernier.

Ce projet, qui a été initié par des citoyens, a permis à ce sport, souvent méconnu, de gagner en popularité auprès des jeunes.

« C’est pratique. Tous les jours après l’école je peux venir et m’amuser avec mes amis », explique un premier adepte, Loïc Landry âgé de 12 ans.

« Les courbes ne sont pas totalement terminées, mais je suis sur quand ils vont être finis, ça va être une superbe piste », dit pour sa part Oli Ouellet.

Quand la pandémie joue les troubles-fêtes

En raison de la pandémie, le nombre d’inscriptions au Club de BMX est limité à 16 jeunes, mais étant donné l’engouement envers cette discipline, l’organisation souhaite en accueillir davantage.

« On a espoir que ça va changer cet été. On aimerait ça monter au moins à 30 cet été parce que  chaque année on a de plus en plus de jeunes qui s’inscrivent » ajoute Frédérik Bernier.

« Les jeunes ont hâte. Ça fait deux ou trois ans qu’ils attendent que la piste soit faite et terminée. C’est pour ça qu’on se dépêche et qu’on met les bouchées doubles pour le 1er juin », renchérit le président.

Toutefois, l’organisation demeure fière du chemin parcouru depuis ces dernières années. Et même si de l’argent manque présentement pour finaliser le projet, le président du Club voit grand pour la suite.

« Nous sommes fiers d’être rendus là. On travaille fort sur ce projet-là. Il y deux ans, c’était seulement des champs, il n’y avait absolument rien. On a dû dézoner une partie agricole. Il y a eu beaucoup de travail qui a été fait là-dessus. Éventuellement, quand on va pouvoir, ça va être de faire des compétitions. D’amener des gens de Québec, d’amener des gens d’un peu partout dans la province et faire des petites compétitions régionales. »