Pour consulter l'ancien site, cliquez ici.
Prévisions météo
État des routes
Marées

Nouvelles

Une pétition pour un meilleur accès aux soins à l’extérieur de la Gaspésie

Publié le 6 décembre 2017 à 16:21, modifié le 6 décembre 2017 à 16:44

Par: Karyne Boudreau

Une mère endeuillée prépare une pétition pour exiger de Québec, de meilleures conditions pour les personnes malades qui doivent quitter leur région, faute de soins de santé disponibles chez eux.

Véronique St-Pierre s’est battue durant plusieurs années pour que son fils Félix survive au cancer. Moins de 6 mois après son décès, elle reprend les armes pour un autre combat.

 « Il y a quelque chose qui me porte dans ce dossier là, c’est que oui Félix ça l’a fatigué. Lui-même s’est dit il y a certaines choses qui doivent changer. »

C’est donc en hommage à son fils qu’elle rédige une pétition demandant à Québec de changer les règles en matière d’assistance aux gens des régions qui doivent se déplacer pour recevoir des soins dans les centres urbains.

 «Ça serait illogique d’implanter tous les soins spécialisés en région, mais ce n’est pas normal que le fardeau, l’économie qu’on fait en n’implantant pas ces services-là en région, soient à la charge des citoyens des régions. »

Les Gaspésiens se sont déplacés plus 73 000 fois vers les grands centres au cours des trois dernières années pour obtenir des soins de santé spécialisés. Des déplacements qui coûtent cher et qui épuisent les malades.

En moins d’un an, Félix et sa mère auront parcouru près de 20 000 kilomètres. La famille a dû assumer plus de 25 000$ de frais, dont moins de 5 000 $ ont été remboursés par le programme d’aide financière prévu à cet effet. Il reste 17 000 $ de frais encourus qui sont demeurés à la charge de la famille de Félix.

«Là-dessus, on peut appliquer pour le crédit d’impôt pour un montant qui est à peu près de 20% », dit la mère qui déplore qu’encore 80% des frais incombent aux parents qui ont vu en plus cette année là, leur revenu familial coupé de 800$ par mois, estime la mère qui a dû mettre sa carrière en veilleuse pour s’occuper de son enfant malade.

Il n’y a pas que l’argent qui préoccupe Véronique St-Pierre. Selon elle, les déplacements doivent aussi être facilités, surtout dans des cas lourds comme celui de Félix, qui, à son sens, aurait dû avoir accès au transport aérien payé par l’État. En moins d’un an, elle s’est rendu plus de 20 fois au CHUL à Québec.

« Je ne dis pas que l’avion devrait être payé pour tout le monde, mais il devrait être prévu pour certains cas… », dit la mère de deux autres enfants en bas âge qu’elle a dû laisser à maintes reprises pour accompagner Félix à ses traitements loin de la maison.

« J’ai conduits dans plusieurs tempêtes… Ensuite, on arrivait à l’hôpital. Il recevait d’excellents soins mais c’était épuisant là », dit Mme St-Pierre.

La maman de Félix espère voir la pétition en ligne dans les prochaines semaines sur le site de l’Assemblée nationale.

« Je pense que si ça pouvait être son lègue, de permettre à des gens d’avoir un accès aux soins plus humain, ben je serais contente», conclue Mme St-Pierre.