Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un nouveau bateau pour bonifier l’offre touristique

Publié le 13 août 2019 à 12:49, modifié le 13 août 2019 à 16:52

Par: Charles Laverdière

La Société Duvetnor a dévoilé sa plus récente acquisition, Le Renard. Le nouveau bateau permettra de bonifier l’offre touristique au Bas-Saint-Laurent.

Duvetnor souhaite attirer une plus vaste clientèle, dont une grand majorité d’Européens. Pour se faire la Société souhaite offrir des sorties pour visiter les îles près de Rivière-du-Loup, mais elle souhaite surtout offrir des croisières de quelques jours sur le fjord et l’estuaire du Saint-Laurent avec l’auberge sur l’Île aux Lièvres comme point central de la croisière. «Si on avait 40 ou 50 % d’Européens dans ces forfaits-là. Le reste serait comblé par des Québécois qui sont aussi avides de connaître l’estuaire et de le découvrir», raconte le président de Duvetnor, Jean Bédard. Selon lui, le nouveau bateau qui contient 28 places et qui mesure 15 mètres de long est plus sécuritaire.

Les places en plus, comparativement à l’ancien bateau, permettront aussi d’accueillir des congressistes de passage dans la région et des groupes d’étudiants. Les anciennes embarcations étaient trop petites pour de tels groupes. «Notre but premier à Duvetnor, c’est de l’éducation et l’éducation ça passe forcément par les jeunes du secondaire qui ont déjà un aperçu des notions écologiques. Alors on veut leur montrer des choses concrètes» ajoute Jean Bédard. Finalement, le président veut aussi développer la clientèle sur la Côte-Nord, puisque le bateau sera en mesure d’aller les chercher.

Le projet du quai des croisiéristes sera important pour offrir une meilleure expérience aux visiteurs. C’est un projet qui est en parallèle avec le projet du carrefour maritime et mené par Duvetnor et Croisières AML. Il permettrait une plus grande liberté aux deux entreprises pour mener leurs activités. «Ça nous enlève toute souplesse, si par exemple on part pour une excursion de quatre heures. On part avec la mer baissante. Quatre heures plus tard on ne peut pas entrer dans le port, donc c’est un enfer pour nous. C’est déjà très très difficile. Il faut qu’à court terme il y ait des solutions de trouver à ça, mais on y travaille», explique le président de la Société Duvetnor, Jean Bédard. Duvetnor s’attend à des nouvelles d’ici deux mois dans ce dossier.

Le bateau procède cette année à une période de rodage pour être prêt et en service en 2020.