Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Tourisme : l’envers de la médaille

Publié le 13 août 2019 à 16:44, modifié le 13 août 2019 à 16:45

Par: Louis Laflamme

À l’instar des dernières années, la Gaspésie semble connaître une autre excellente saison touristique. Bien que cette industrie soit profitable, il y a toujours deux côtés à une médaille. Les villes et entreprises de ce secteur doivent conjuguer avec d’importants défis.

La Gaspésie accueille à bras ouverts des centaines de milliers de touristes chaque année. Mais une belle expérience touristique ne s’orchestre pas en un claquement de doigts. Les municipalités et les entreprises font face à d’importants défis.

« Il y a une pression supplémentaire l’été parce qu’il y a quand même 800 000 qui passent sur le territoire », lance le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Autant à Gaspé qu’à Bonaventure, les problématiques sont sensiblement les mêmes.

« Si on avait plus de possibilités au niveau de l’hébergement, probablement qu’on pourrait recevoir davantage de touristes », ajoute Daniel Côté.

« Notre capacité d’accueil. Dans une période comme les vacances de la construction, ça arrive en grande quantité. C’est sûr qu’il peut y avoir des débordements à certains endroits », explique le maire de Bonaventure, Roch Audet.

Loger les visiteurs, c’est une chose, mais encore faut-il qu’ils soient bien accueillis.

« En fonction des types de commerces qu’on a, c’est de rendre le service. Les restaurateurs ont de la difficulté à aller chercher de le main d’œuvre pour rendre les services », soutient Roch Audet.

Déjà que la plupart des entreprises à vocation touristique disent faire des pieds et des mains pour embaucher en période estivale, le défi est d’autant plus grand c’est l’heure, pour certains, de retourner sur les bancs d’école.

« Ce sont toutes des entreprises qui sont automatiquement affectées par le fort achalandage en manque de main-d’œuvre. Mais après ça, dans la période d’école qui commence pour nos jeunes du cégep qui quittent, donc on doit remplacer cette main d’œuvre là. Ils ont à composer avec beaucoup de situations qui ne sont pas évidentes. Je me mets à leur place et je n’aimerais pas ça devoir gérer ça », admet Roch Audet.

Au final, les impacts se font aussi ressentir chez la population locale.

« On est indirectement affectés. Parce que si un commerce n’est pas en mesure de garder des heures d’ouverture, les citoyens en paient le prix aussi », estime le maire de Bonaventure.

La popularité de la Gaspésie comme destination touristique ne cesse de s’accroitre, tout comme l’ampleur des défis qui s’y rattachent. Les municipalités savent très bien qu’ils devront faire preuve d’ingéniosité, voire même d’audace, pour surmonter ces défis. Des défis qui, contrairement à la saison touristique, ne seront pas éphémères.