Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Tourisme : Kamouraska retient son souffle

Publié le 22 mai 2020 à 16:22, modifié le 22 mai 2020 à 16:22

Par: Raphael Brouillette

Rien n’est certain pour l’industrie touristique de nos régions cet été. Le village de Kamouraska retient présentement son souffle.  L’endroit est un emblème du tourisme au Bas-Saint-Laurent et dans l’Est-du-Québec.

Son nom est synonyme de bon temps dans la province. La municipalité accueille chaque année des milliers de visiteurs qui viennent consommer dans ses nombreux commerces. Mais les rues sont tranquilles cette année. Est-il trop tard ? Le temps presse selon le maire Gilles Michaud

« Il est plus que minuit moins une. On est passé minuit. Parce que nous normalement à partir de Pâques il y a beaucoup d’offres de services qui sont là. Et là on voit que ça ne fonctionne pas. »

Boulangerie, chocolaterie, poissonneries et bijouteries. Ce village pittoresque est bâti sur mesure pour les touristes. Monsieur Michaud craint que certains établissements ne puissent passer à travers.

« J’ai peur qu’on ait des entreprises qui carrément ne rouvrent pas ou quelque chose du genre. Qui n’ont pas assez d’offres de service pour se diversifier. »

Les ventes à la poissonnerie Lauzier n’ont pas été trop affectées pour l’instant. La saison du crabe et du homard a été bonne et comme les restaurants sont fermés, les consommateurs en profitent pour dépenser dans son commerce. L’histoire est différente pour son bistro qui opère à 20% du chiffre d’affaires de l’an dernier.

 « On ne sait rien concernant l’afflux de touristes. C’est ça qui est le plus difficile. C’est sûr que si on n’en pas, ça va avoir un très gros impact  ».

L’incertitude guette particulièrement les aubergistes, mais le moral est bon. Devant l’inconnu, les clients ne se bousculent pas aux portes pour réserver leur séjour.

 « J’aimerais que les gens s’engagent. Appellent au moins pour dire leur intention de venir. Je souhaite que les gens choisissent de venir 7 jours, 14 jours. Cet été, je vise de louer à un peu plus long terme. Et comme les gens auront besoin de se reposer mentalement, Kamouraska est l’endroit parfait. » Suzanne Guay, propriétaire Auberge La Grand Voile.

Un baume s’il en est un, est l’arrivée des propriétaires de résidences secondaires depuis la levée des barrages routiers. Ils font passer la population de 600 à environ 1100 personnes durant les mois d’été au grand plaisir des commerçants.

 « Oui on a vu un changement c’est sûr et certain. On a vu des nouveaux visages que ça faisait un bout qu’on n’avait pas vu à cause du confinement ils ne pouvaient pas venir. C’est sûr que ça va être bon pour les affaires. » Bernard Lauzier

Quatre associations touristiques majeures, dont Camping Québec, ont demandé au gouvernement ce jeudi un plan de réouverture de l’industrie.