Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Simulation du G7 pour les jeunes charlevoisiens

Publié le 15 mai 2018 à 18:47, modifié le 15 mai 2018 à 18:47

Par: Mariane Lajoie

Des élèves de Charlevoix ont participé aujourd’hui à une simulation du G7. Question de mieux comprendre cet évènement, ils ont discuté des mêmes thèmes qui seront abordés par les dirigeants des plus grandes puissances économiques du monde.

Une centaine d’élèves de cinquième secondaire de la région et du CECC sont arrivés ce matin, au Domaine Forget, bien vêtus, documents à la main et prenant très au sérieux la simulation du G7. Certains jouaient le rôle de sherpa, d’autres d’experts et on retrouvait, bien entendu, les sept chefs d’états.

«On choisissait le pays et on choisissait quelqu’un. Le monde disait qu’il me ressemblait un peu, Justin Trudeau, donc ils ont décidé de me prendre. C’est une expérience un peu unique», avoue Julien Galarneau, qui portait toutefois le nom de Justin Trudeau pour la journée.

«On se disait qu’il fallait que notre jeunesse puisse un peu goûter à ça. Ils sont articulés. Ils ont des idées. Ils ont une conscience sociale très éveillée», se réjouit la directrice générale de la Commission scolaire de Charlevoix, Martine Vallée.

Les délégations ont parlé des cinq thèmes qui ont été choisis pour le G7 de 2018, et ils ont dû négocier, pour en arriver à des ententes. Ils ont également appris à écrire un discours et à préparer une conférence de presse.

«Ils ont parlé des enjeux environnementaux, ils ont parlé des enjeux de sécurité. Évidemment l’égalité des sexes est très importante sur l’agenda, l’enjeu des océans. Ça a été une opportunité pour les jeunes de la région de comprendre mieux pourquoi les chefs d’états ont besoin de se rencontrer, pourquoi les sherpas ont besoin de se rencontrer», énumère la directrice des communications du Bureau des sommets, Alexandra Young.

«J’ai mis les barres sur les t, les barres sur les i. Comme je suis une femme ça me touche vraiment que les femmes ne soient pas égalitaires avec les hommes. Je me suis dit qu’aujourd’hui, on allait faire des changements», mentionne Laurie Lajoie, dans le rôle de Donald Trump.

Pour sa part, Éloi Léonard agissait à titre d’expert en économie. «On est arrivé à un accord de chômage. Parce que beaucoup de pays avaient des problèmes de chômage. Les pays avaient vraiment les mêmes problèmes en commun donc ça a vraiment été facile.»

«J’ai particulièrement débattu quand on parlait des emplois de l’avenir. C’est sûr que ça se coupait la parole parfois mais ça s’est quand même fait dans le respect», remarque William Tremblay, étudiant du CECC, dans le rôle de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

«J’ai vraiment aimé ça, que les jeunes puissent mettre leurs idées. Habituellement on n’a pas tant d’impact mais là j’espère qu’on va en avoir», souhaite Émilie Dallaire, experte en environnement pour la journée.

L’exercice a donné aux élèves un aperçu très réaliste de ce qui se déroulera les 8 et 9 juin prochains au Fairmont le Manoir Richelieu.