Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Redevance touristique à Percé : une alternative proposée

Publié le 20 mai 2022 à 16:52, modifié le 20 mai 2022 à 16:52

Par: Chad Guénette

Une nouvelle alternative de redevance touristique pour Percé est proposée. Faire payer les utilisateurs des services, comme l’accès au quai ou aux blocs sanitaires. Le dossier est devenu tabou dans la ville.

La redevance touristique est un sujet chaud avec l’été qui arrive à Percé. Mais une alternative est proposée par le Comité des citoyens-commerçants. À la place d’un dollar prélevé sur les achats de plus de 20 dollars, la ville pourrait charger un tarif pour les services d’infrastructures.

« Les gens qui sont en sentiers, les gens qui vont aller dans des infrastructures qui existent déjà, justement, la rivière aux Émeraudes, les blocs sanitaires, ça aussi, en Europe ça a été précisé, il y a des frais pour aller dans les blocs sanitaires, affirme le porte-parole du Comité des citoyens-commerçants de Percé, Olivier Lafontaine. Ça n’empêcherait pas que les citoyens puissent être exemptés. »

Selon plusieurs commerçants de Percé, le projet a été lancé sans avertissement et encore aujourd’hui certains propriétaires ne comprennent toujours pas ce qu’ils doivent faire. Et aucune réponse ne vient de la mairie.

« On n’a eu aucun retour au niveau de l’hôtel de ville, dit M. Lafontaine. On n’a eu aucun retour au niveau des élus.

« C’est impossible de s’asseoir avec nos élus, on ne sait pas pourquoi, explique Véronique Lambert, une commerçante de la place. Les commerçants ne peuvent pas avoir de canal de communications avec le maire et les conseillers ce qu’on ne trouve pas très démocratique. »

Mais pour certains commerçants, le choix est facile, il faut payer pour utiliser les infrastructures.

« Je prends le principe de quelqu’un qui va venir avec sa boite à lunch dans son sac à dos, qui va faire toutes les infrastructures, il va utiliser les toilettes publiques, il va utiliser les sentiers, la promenade, etc., mais lui il n’aura jamais été dans aucune boutique de la journée, donc le principe d’utilisateur-payeur est un peu étrange à ce niveau-là, affirme Mme Lambert. »

Pour la mairesse Cathy Poirier, l’alternative proposée est un non catégorique.

« Pas question qu’on tarifie nos blocs sanitaires, nos haltes routières, l’accès à nos sentiers, soutient la mairesse. On est une destination accueillante, ce qu’on veut c’est d’être en mesure de les améliorer et de les offrir avec des standards de qualité. »

Elle reste donc avec son idée de départ.

« On maintient notre cap sur le principe d’utilisateur-payeur qu’on a développé et qui serait encore une fois avantageux pour le citoyen, le commerçant, pour les visiteurs, donc les propositions qui ont été faites présentement ne sont pas nécessairement viables,  assure Mme Poirier. »

Comme l’a dit Cathy Poirier, la ville garde le cap et les commerçants devront se conformer à la redevance touristique d’ici au 31 mai.