Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Recharge sédimentaire complétée au banc de Saint Omer

Publié le 16 septembre 2020 à 16:33, modifié le 16 septembre 2020 à 16:41

Par: Kevin Doyle

Le comité ZIP Gaspésie a complété la deuxième phase de sa recharge sédimentaire au banc de Saint-Omer. Le plus grand obstacle pour le comité et la municipalité de Carleton-sur-Mer demeure le respect des mesures de protection par la population locale et les touristes.

La recharge sédimentaire du banc de Saint-Omer qui a été entamée l’année dernière a été complétée avec succès cet été.

« L’année dernière, on avait mis 1500 mètres cube de sédiments. Cette année on a ajouté 500 mètres cubes, donc tout s’est réalisé en une journée. C’est environ 70 voyages de camion qui ont été effectués, plusieurs tonnes de sédiments », explique la chargée de projet chez ZIP Gaspésie, Rosie Chénard.

La ville de Carleton-sur-Mer a agi comme partenaire financier, avec ZIP Gaspésie, pour ce projet.

« C’est un banc qui est super important pour nos citoyens, c’est vraiment social. Deuxièmement l’écologie qui est sur ce banc-là est super importante, la faune, la flore. Nous c’est vraiment de s’assurer qu’il va y avoir une pérennité à long terme », assure le maire suppléant de Carleton-sur-Mer, Steven Parent.

En plus d’une recharge sédimentaire, de la végétation a également été ajoutée. À quoi sert cette végétalisation dans le processus ?

« C’est ça qui fait stabiliser le sol, donc les racines vont venir capter les sédiments puis vont empêcher que les sédiments partent. C’est ça qui fait en sorte que les sédiments tiennent et qu’on crée notre système de dune, qu’on tente de créer avec une recharge sédimentaire », répond madame Chénard.

Du côté de la ville, l’important est de s’assurer que la population coopère à la survie du milieu.

« La SQ nous donne un bon coup de main là-dessus, il y a des constats d’infractions qui ont été émis puis surtout de la sensibilisation. Zip le font d’ailleurs, je pense une fois par semaine. Ils ont été parler aux gens puis le monde commence à comprendre que c’est un milieu fragile », estime monsieur Parent.

En ce qui a trait au camping illégal, la sensibilisation semble porter fruit dans la dernière année, selon le maire suppléant.

« Pour le camping illégal, c’était mieux cet été, il en avait encore moins cet été que l’été passé puis on voit que le message est en train de se faire entendre »

Le mandat de ZIP Gaspésie étant complété pour l’instant, une autre recharge sédimentaire pourrait être nécessaire d’ici 5 à 10 ans.