Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Ottawa serre la vis aux voyageurs

Publié le 26 mars 2020 à 18:49, modifié le 26 mars 2020 à 18:51

Par: Marie-Eve Cloutier

Afin de s’assurer du respect des consignes pour contrer la propagation du coronavirus, le gouvernement fédéral a décidé hier de mettre en application la Loi sur la mise en quarantaine. Le confinement est désormais obligatoire pour les voyageurs et les amendes seront salées.

Alors que les snowbirds seront nombreux à rentrer au pays au courant des prochains jours, Ottawa serre la vis aux voyageurs. Les récalcitrants ne respectant pas la quarantaine devenue obligatoire risquent une amende allant jusqu’à 750 000 $, ou une peine d’emprisonnement maximal de six mois.

« Il y a un climat haineux face aux vieux. Nous ne sommes pas tous des imbéciles ! » lance le médecin à la retraite, Michel Nadeau. De retour de Miami depuis plus d’une semaine, il est en confinement volontaire. Il souhaite donner l’exemple.

« Des personnes âgées qui reviennent de Floride, il y en a qui sont un peu mal prises. Elles se disent, je vais juste aller à l’épicerie, je vais aller à la banque. Mais non, il ne faut pas. Il faut s’en aller à la maison, rester chez soi et fermer la porte », indique Michel Nadeau.

Il appelle aussi à la prévention plutôt qu’à la délation. « Parce que je suis bronzé, je risque de me faire regarder de travers. De faire du “personnes-âgées-bashing”, du “baby-boomer-bashing”, ça me déplaît. »

Les centrales inondées d’appels

Non seulement la délation augmente, mais les signalements ne sont pas toujours fondés.

« Hier matin, j’ai reçu un appel d’un policier. Il m’a demandé si j’étais bien Christian Pomerleau, de Rivière-du-Loup, de Pomerleau les bateaux », commence par raconter l’homme d’affaires joint par téléphone par CIMT Nouvelles.

« Il me dit, “M. Pomerleau, quelqu’un, un médecin qui vous connait, nous dit qu’il vous a vu ne pas respecter les règles entourant votre quarantaine” », poursuit Christian Pomerleau, qui s’est fait rappeler à l’ordre. Or, il jure qu’il ne revient pas de voyage. Il invite d’ailleurs la population à faire des vérifications avant de donner des noms aux policiers.

« Ces rumeurs, ça vient aux oreilles des gens. Si je me présente quelque part, on va penser que je suis une personne irresponsable. C’est plate un peu », dénonce Christian Pomerleau.

Les appels sont également nombreux à la Sûreté du Québec pour signaler des attroupements. Les autorités servent pour l’instant des avertissements comme ce fut le cas jeudi après-midi aux résidences du Cégep de Rivière-du-Loup, où plus d’une vingtaine d’étudiants étaient regroupés.