Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Maltraitance dans Charlevoix: Jour 3 du procès d’Herman Warren

Publié le 29 mai 2019 à 13:52, modifié le 29 mai 2019 à 16:10

Par: Mariane Lajoie

Le procès d’Herman Warren se déroule cette semaine au palais de justice de La Malbaie. C’est le dernier co-accusés à être jugé dans cette affaire de maltraitance de personnes âgées ou atteintes de déficience intellectuelle dans Charlevoix. Lors de cette troisième journée de procès, une ancienne collègue d’Herman Warren a témoigné.

L’employée a raconté qu’à la résidence de Saint-Urbain, Herman Warren lui a montré, une fois, comment déplacer un patient, grâce à une ceinture de déplacement. Elle a décrit la manœuvre comme étant très brusque, le patient « ayant été garoché » de sa chaise roulante jusqu’à son lit.

Sinon, en cas de crise, Herman Warren avait donné comme truc à l’employé de dire « Ta gueule » à ce même patient. Terme que l’employé n’a jamais été à l’aise d’utiliser.

Elle a également raconté qu’une nuit, comme ce patient était très agité, elle a demandé du renfort à Herman Warren. Il s’est enfermé avec le patient dans sa chambre et à travers la porte, l’employée a entendu des cris, des hurlements de la part du patient. Et après cinq minutes, le patient s’est tu, et Herman Warren a dit à l’employée qu’il serait désormais tranquille. Ce qui fut le cas.

Un agent de sécurité, une infirmière auxiliaire et une infirmière clinicienne du Centre hospitalier de Baie-Saint-Paul ont également été appelés à la barre des témoins. Tous trois ont raconté avoir vu Herman Warren avoir des gestes brusques envers des résidents qui avaient dû être hospitalisés, soit en transférant un patient d’une voiture à une chaise roulante, ou d’un lit d’hôpital à une chaise roulante. Les trois ont également noté des blessures physiques tels qu’un oeil très enflé ou des ecchymoses sur le corps des patients qui habitaient l’une ou l’autre des résidences de Rémy Bernier à des endroits peu communs comme sous les pieds, le pied et le scrotum.

Au total, la Procureure de la Couronne, Me Mélanie Dufour, prévoit faire entendre dix témoins lors du procès, soit des anciens employés de Rémy Bernier, des membres du personnel de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul et un ancien résident.

De son côté, l’avocat de la Défense, Me Enrico Théberge, n’a pas voulu dévoiler combien de témoins il apporterait à la barre, ni si Herman Warren serait de ceux-ci.

Le procès est prévu jusqu’à vendredi.

Les chefs d’accusation

Sept chefs d’accusation contre Herman Warren concernent des voies de faits qu’il aurait livré sur quatre personnes différentes, entre avril 2012 et mai 2015. Le huitième chef est profération de menaces de faire brûler, de détruire ou d’endommager une résidence familiale.