Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les possibilités de nouvelles mines restreintes dans Charlevoix

Publié le 10 janvier 2019 à 16:38, modifié le 10 janvier 2019 à 16:38

Par: Mariane Lajoie

La MRC de Charlevoix a modifié son schéma d’aménagement pour dicter à quels endroits il sera désormais interdit d’y faire de l’exploitation minière. Un travail qu’elle juge nécessaire pour préserver son territoire.

Depuis deux ans, le gouvernement provincial donne le pouvoir aux MRC de cartographier les secteurs qu’elles jugent incompatibles avec l’activité minière. C’est ce qui a été fait dans l’Ouest de Charlevoix.

«Ce que les MRC peuvent identifier comme territoires incompatibles à l’activité minière, ce sont les milieux urbains, la zone agricole dynamique, certains lieux où se pratiquent des activités récréatives intensives, les terrains où on trouve des sites ou bâtiments du patrimoine. Avant, le territoire était entièrement ouvert», explique le coordonnateur en aménagement du territoire de la MRC de Charlevoix, Stéphane Chaîné.

«Il y a du positif d’avoir du développement minier, c’est important pour l’économie, mais il y a aussi, en contrepartie tous les problèmes liés aux transports, la poussière, tout ce que ça peut changer dans le paysage. C’est bon de l’avoir maintenant [ce schéma]. Il va s’en dire qu’on protège aussi ceux qui sont déjà en opération et tous projets d’agrandissement dans leur secteur sont aussi protégés», assure la préfet de la MRC, Claudette Simard.

Les endroits où il est encore possible de faire de l’exploitation minière sont donc désormais plutôt restreints.

«La municipalité de l’Isle-aux-Coudres devrait être entièrement protégée. Les autres municipalités devraient être protégées à 80, 90%. Les activités qui restent ouvertes, ce sont surtout les terres publiques, qui sont au Nord de Saint-Urbain, ainsi que les terres du Séminaire», énumère Stéphane Chaîné.

«Quand on parle des parcs, tous ces secteurs sont déjà protégés», soutient Claudette Simard.

Et qu’en est-il du projet de carrière de silice qui devait voir le jour dans la ZEC des Martres, près de Saint-Urbain ? Après avoir été repoussé, il semble maintenant au point mort. Mais même avec une nouvelle cartographie, la MRC ne peut pas empêcher la compagnie de faire de l’extraction.

«Rogue, il n’y a pas eu d’échanges entre nous depuis très longtemps. Mais on ne peut pas leur enlever ce qui leur appartient», mentionne Claudette Simard.

Du côté de l’Est de Charlevoix, cette protection a déjà été faite.