Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le nord libéral, malgré une victoire des conservateurs

Publié le 15 septembre 2020 à 15:19, modifié le 15 septembre 2020 à 16:42

Par: Kevin Doyle

Dans Restigouche-Ouest, la circonscription reste aussi libérale, tout comme dans Campbellton-Dalhousie. Bien que le parti ne soit pas au pouvoir, la situation ne semble pas déranger dans la région.

Un sentiment en demi-teinte pour les élus libéraux, alors qu’une certaine satisfaction ressentie se voit aussitôt gâchée par une victoire majoritaire des conservateurs de Blaine Higgs.

« Je suis très fier de mon équipe et des résultats qu’on a atteints au Restigouche, encore là je pense qu’on a compris le message du Parti libéral qui est un message de cœur, qui est un message humain et non un signe de piasse comme le gouvernement conservateur », clame le député libéral réélu de Restigouche-Ouest, Gilles Lepage.

Les libéraux amassant plus de 60% des votes dans le nord de la province. Le candidat conservateur défait de Campbellton-Dalhousie garde tout de même la tête haute. « La province a été avec monsieur Higgs ça c’est une bonne chose. La région a décidé  d’être en opposition pour quatre ans, c’est leur décision, pas la mienne », indique Charles Stewart.

La morosité fait rapidement place à la combativité et le sens du devoir pour le député libéral.

« C’est l’électorat qui décide, on va respecter l’électorat, mais je vous dis tout de suite que Fredericton s’attache la tuque parce que nous on s’en vient et on va défendre les intérêts du Restigouche ».

Le Restigouche s’est levé ce matin avec un gouvernement conservateur majoritaire. Étant historiquement d’allégeance libérale, comment la population du nord entrevoit-elle les quatre prochaines années? Pour le maire de la municipalité d’Atholville, peu importe le parti au pouvoir, les enjeux ne changent pas.

« Pour nous nos revendications, c’est de travailler à garder nos services, surtout le service de santé. Faire du développement économique parce que nos régions on a besoin de développer si on veut attirer des gens à venir s’y installer »

Malgré la pandémie un taux de participation de 66% a été comptabilisé à date comparativement à 67% lors des précédentes élections.