Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La révision du dossier de Kelly-Ann reportée

Publié le 12 mars 2019 à 22:08, modifié le 14 mars 2019 à 11:56

Par: Marie-Eve Cloutier

La reconsidération des recommandations du Protecteur de l’élève dans le dossier de la jeune Kelly-Ann, 10 ans, a été reportée au 26 mars prochain.

Le point était inscrit à l’ordre du jour de la réunion du conseil des commissaires qui avait lieu à l’école Polyvalente La Pocatière, mardi soir. Son ajournement à une séance ultérieure était aussi déjà indiqué, ce qui a amené Stéphane Thibault, le père de Kelly-Ann, à se questionner. Sa fille l’accompagnait pour l’occasion.

« C’est cette petite fille-là qui attend. On s’attendait à ce que ça se fasse rapidement, car le jugement était assez claire. Pourquoi la décision est-elle ajournée au 26 mars ? » lance Stéphane Thibault aux commissaires lors de la période de questions.

Rappelons que la famille Thibault livre un combat contre la Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup depuis le mois d’août dernier. Deux de leurs enfants atteints du syndrome de Joubert, une maladie génétique causant des difficultés motrices et un retard de développement, ont été transférés d’une classe régulière à l’école Lanouette, à Saint-Antonin, vers une classe-ressource à l’école La Croisée, à Rivière-du-Loup. Une décision à laquelle s’oppose le couple qui multiplie les recours pour renverser la décision depuis.

Les Thibault ont pu crier victoire lorsque la Cour supérieure a annulé le 27 février dernier une décision rendue par les commissaires concernant leur fille Kelly-Ann. Ces derniers avaient refusé en octobre de donner suite au rapport du protecteur de l’élève concluant que la poursuite du parcours scolaire de la fillette en classe régulière ne constitue pas une contrainte excessive. Le juge Jean-François Émond retournait alors le dossier devant le conseil des commissaires afin qu’il décide à nouveau des suites à donner.

Prendre la meilleure décision

La présidente de la Commission scolaire indique avoir pris connaissance du jugement, mais elle dit également ne pas vouloir précipiter les choses.

« Nous avons besoin d’échanger avec les commissaires et les gestionnaires concernés. Nous voulons prendre la meilleure décision possible, considérant les conséquences multiples qu’il peut y avoir suite à ce jugement », mentionne Édith Samson.

La Commission scolaire confirme que la décision sera bel et bien rendue le 26 mars prochain.

Regardez notre reportage complet ci-dessous.