Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La Gaspésie marche pour le climat

Publié le 15 mars 2019 à 17:09, modifié le 15 mars 2019 à 17:09

Par: Louis Laflamme

Le mouvement mondial de grève étudiante pour le climat n’a pas épargné la Gaspésie. Vendredi, ils étaient bien au-delà d’une centaine de personnes à prendre les rues de Carleton-sur-Mer d’assaut. Ils en ont profité pour aller passer un message clair au député d’Avignon – La Mitis – Matane – Matapédia, Rémi Massé.

« Les jeunes veulent dire aux adultes qui sont au pouvoir que ce n’est pas suffisant, qu’il faut agir. Il y a beaucoup de jeunes qui se sont mobilisés, qui sont très conscients de ce qui est en train de se tramer », lance le porte-parole de La Planète s’invite au parlement, Benoît Trépanier.

Ces manifestants se joignent à la centaine de milliers d’autres de partout dans le monde pour dénoncer une chose : l’environnement doit être protégé.

« On n’a pas le choix pour notre avenir de faire quelque chose par rapport à ça. Ce n’est pas un enjeu où on peut dire; ok, ce n’est pas important pour moi. Ça nous concerne. Juste que ça concerne notre propre avenir, c’est assez se mettre à la mobilisation », admet un étudiant du secondaire, Jérémy Laplante.

Ils ont pris le chemin du bureau du député fédéral Rémi Massé. Et ils avaient un message clair à lui envoyer. « On va déposer une lettre aujourd’hui au député fédéral pour lui demander d’agir plus rapidement sur les changements climatiques », a lancé Benoît Trépanier au député Rémi Massé, alors que son bureau était siégé par une centaine de manifestants.

Cette visite chez le député a fait place à plusieurs échanges, parfois houleux, mais pacifiques.

« Comment ça se fait que c’est les gens comme nous qui devons toujours pousser dans le cul de dirigeants pour avoir des politiques qui ont de l’allure? L’heure est grave, monsieur. C’est pu le temps. On est dépassé de ces politiques-là. Il faut oser », a scandé haut et fort un des manifestants.

« Évidemment, si je suis ici, c’est pour vous écouter. Je sais que vous avez un message, vous avez transmis ce message-là. Mon objectif c’est de communiquer votre message chez nous, quand je retourne à la maison et ensuite à Ottawa », s’est empressé de répondre le député d’Avignon – La Mitis – Matane – Matapédia, Rémi Massé.

« Vous nous avez répété tout à l’heure que vous alliez porter notre parole. Ce n’est pas ça que je veux entendre de votre bouche. J’aimerais entendre ce que vous avez compris aujourd’hui », a rétorqué un autre manifestant.

 

La réaction de Rémi Massé

Quelques minutes seulement après le départ des manifestants, nous avons demandé au député ce qu’il avait retenu du message qu’on lui avait transmis.

« Évidemment, vous l’avez entendu comme nous, ce qui est clair, c’est qu’on souhaite en faire davantage. On souhaite en faire davantage pour protéger l’environnement pour s’assurer que nos enfants puissent évoluer dans un environnement qui est sain. Et donc, c’est le type de message que j’ai entendu », a-t-il répondu.

« Est-ce que c’est suffisant, est-ce qu’on doit en faire plus, le message est clair : oui», a précisé Rémi Massé.