Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Journée de la terre: une réelle volonté citoyenne

Publié le 22 avril 2022 à 16:43, modifié le 22 avril 2022 à 16:53

Par: Félix Côté

C’est la journée de la terre. L’année 2021 a été marquante pour la région en matière d’environnement. 2022 est remplie de promesses, aussi.

L’année qui vient de se terminer a été marquée par la lutte contre les hydrocarbures dans la région.  Tous ces efforts ont notamment été soulignés par l’adoption de la loi 21 qui interdit l’exploitation et l’exploration des hydrocarbures.

« L’année 2021 ça vraiment été l’année qui a payé, ou toute les choses se sont placées, ou tous les projets ce sont arrêtés», s’exclame le porte-parole du groupe Environnement Vert Plus, Pascal Bergeron.

Les groupes environnementaux travaillent à fermer les puits fuyants. Mais aussi sur d’autres revendications tout aussi importantes à leurs yeux… Les pesticides sont au programme.

« Vous avez quelque chose entre les mains que vous pouvez faire, vous pouvez aller voir vos élus municipaux pour faire changer la donne. On cherche aussi à aller mobiliser directement les municipalités», rajoute la chargé de projet chez Vigilance OGM, Laure Nabileau.

Mais le terrain de bataille qui sera le plus important cette année c’est le secteur de la forêt.

« Le gros dossier cette année on pense que ça va être la foresterie, on ne peut jamais le dire à l’avance. Mais à date c’est ce dont sur quoi on a le plus envie de mettre de l’énergie», envisage le représentant du groupe environnemental.

Rappelons que 2022 est une année électorale au Québec. Plusieurs partis voudront clairement démontrer que l’écologie est importante.

« S’ils veulent faire avancer ce dossier-là, on parle du Parti québécois du Bloc québécois de la CAQ. Il va falloir qu’ils mettent des garde-fous citoyens par rapport aux mauvaises pratiques environnementales. Ce n’est pas en éliminant les garde-fous qu’ils vont gagner des points pour chasser les interventions fédérales», dénonce M. Bergeron.

La volonté citoyenne pour des changements en matière environnementale influence aussi les industries à changer leur façon de penser.

« On peut suggérer que c’est une vingtaine d’entreprises qui vont développer des initiatives de développement durable et d’éco-responsabilité en affaire donc c’est quand même intéressant pour ça», annonce la chargée du projet Synergie Gaspésie, Chloé Leduc.

D’ici là les petits gestes sont certainement ceux qui change la mentalité des gens.