Prévisions météo
État des routes
Marées

Nouvelles

Guerre de rue à Sainte-Thérèse-de-Gaspé

Publié le 13 février 2018 à 16:23, modifié le 13 février 2018 à 16:24

Par: Katerine Roy

Des résidents de la route Rameau, à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, sont sortis dans la rue hier pour dénoncer le fait que la municipalité ne déneige plus leur route.  De plus, depuis janvier, elle leur interdit de le faire eux même. Les citoyens ne peuvent plus se rendre à la maison en voiture.

Depuis le 2 janvier, Sylvie Quirion doit troquer sa voiture pour une motoneige afin de se rendre à la maison. Elle mentionne qu’elle n’est pas la seule dans cette situation : « On est au moins 6- 7 qui restent ici tout au long de l’année ». Pauline Shannon, également résidente de la route Rameau, déplore le déneigement de la municipalité : « Ils ouvrent, ils n’ouvrent pas. Ils ouvrent, ils n’ouvrent pas. On ne sait pas sur quel pied danser ».

Dans les années passées, les résidents de la route Rameau effectuaient eux-mêmes le déneigement du chemin, sur un peu plus de 2km, comme l’explique le maire Roberto Blondin : « Ils ont créé un regroupement de gens, dont madame Shanon, ils ont déboursé un montant et ils ont pris une assurance. Tout était parfait ».

Aujourd’hui, la municipalité de Sainte-Thérèse-de-Gaspé interdit aux citoyens de déneiger le chemin : «  C’est une question de droit, c’est une question que la Ville a décidé de ne pas l’ouvrir pour « x » raison. On est complètement dans nos droits », explique Roberto Blondin.

Sylvie Quirion dénonce la procédure : « Ils sont venus boucher le chemin, on l’a débouché. Ils ont rebouché encore avec de la gravelle. Ils dépensent des sommes pour nous boucher à place de nous aider et nous garder ouvert ». Une obstruction qui serait illégale selon l’avocat de Pauline Shannon, Vincent Gingras : « Nul ne peut au cours d’une action concertée décider d’entraver de quelque manière la circulation de véhicule routier sur un chemin ».

Sainte-Thérèse-de-Gaspé demande aux résidents de se procurer à nouveau une assurance responsabilité civile, s’ils veulent continuer à déneiger eux-mêmes le chemin. La municipalité veut ainsi s’assurer que les risques relatifs à l’utilisation de la route par les automobilistes sur ce tronçon ne relèvent pas d’elle, mais bien des résidents. « S’il y a un accident, qui qui va payer? C’est l’ensemble des citoyens de Sainte-Thérèse-de-Gaspé», affirme le maire.

Le citoyen Laurendin Roussy réclame l’ouverture de la route par la municipalité car : « elle, les assurances sont payées pour toutes ses routes. On est des contribuables et je paie 1200$ de taxes ». Selon Roberto Blondin, le déneigement n’est pas inclus dans les taxes du résident.

Ironiquement, les résidents y voient aussi une question de sécurité, comme le mentionne Sylvie Quirion : « Si quelqu’un tombe malade en haut là, il n’y a pas d’ambulance qui peut monter. S’il y a un bris d’Hydro-Québec, Hydro-Québec ne peut pas monter ».

La majorité des résidents de la route Rameau habitent la Ville de Grande-Rivière, mais le chemin n’est accessible que par Sainte-Thérèse-de-Gaspé. La municipalité aimerait donc arriver à une entente avec Grande-Rivière pour partager les coûts de déneigement. Des discussions sont en cours pour la prochaine année.