Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Grande-Anse et Bas-Caraquet déçus de perdre UNI

Publié le 9 juillet 2020 à 17:40, modifié le 9 juillet 2020 à 17:40

Par: Antoine Pelland-Ratté

Les maires de Grande-Anse et de Bas-Caraquet sont déçus que la Coopérative financière UNI retire ses points de services de leur municipalité. Ils reprochent à la corporation financière de ne pas les avoir consultés.

«C’est vraiment une insulte envers les membres de cette caisse.» C’est ainsi que le maire de Grande-Anse, Gilles Thériault, qualifie la décision de la Coopérative financière UNI de fermer trois points de services. Il croit que leur baisse d’achalandage est un faux prétexte.

«Ce manque d’achalandage là a été planifié par UNI, lance-t-il. Depuis les dernières années, on est passé de sept employés à deux employés. Les heures d’ouverture ont été réduites. Ils ont éliminé le service de vrai personnel, de prêt hypothécaire, d’ouverture de comptes.»

Il reproche à la corporation d’avoir manqué de transparence. Il craint que la décision de fermer des succursales affecte les plus vulnérables. «Ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de se payer un forfait internet, un téléphone intelligent pour faire des transactions en ligne. Sans parler des personnes âgées qui ne connaissent pas ces nouvelles technologies.»

La coopérative financière a annoncé que des guichets automatiques resteraient en place, mais le maire n’est pas rassuré. «Moi-même, j’ai essayé de faire un retrait ce matin à ce guichet-là, et il n’y avait plus d’argent dans le guichet. La moitié du temps, il n’est pas fonctionnel.»

De son côté, le maire de Bas-Caraquet se dit étonné par la nouvelle. Même s’il dit être déçu que sa municipalité n’ait pas été consultée, il est convaincu qu’UNI est de bonne foi, et que c’est la pandémie qui a précipité les choses. «Ils sont prêts à travailler avec la municipalité et de travailler avec les citoyens de Bas-Caraquet pour essayer de minimiser les impacts», dit-il.

Le maire croit que la COVID-19 a peut-être eu un rôle à jouer dans la fermeture des trois succursales, qui comprend celle de la ville de Saint-Jacques. Avec l’annulation de plusieurs liaisons régionales par Air Canada, il trouve que ça fait beaucoup de services en moins. La Coopérative financière UNI n’a pas voulu commenter en entrevue les propos des deux élus.