Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Gesgapegiag a un nouveau chef

Publié le 20 août 2019 à 16:42, modifié le 20 août 2019 à 16:42

Par: Louis Laflamme

Samedi dernier, la communauté Micmac de Gesgapegiag s’est élu un nouveau chef de bande. John Martin a été élu à la majorité. Il a été assermenté mardi matin, et plusieurs défis l’attendent.

Samedi dernier, les 1259 électeurs de la communauté de Gesgapegiag sont allés aux urnes. Résultats, John Martin est maintenant le nouveau chef de bande. « On est toujours content quand on gagne nos élections et de voir le bon support de la communauté », exprime fièrement le nouveau chef de bande, John Martin.

Trois enjeux sont prioritaires pour le nouveau chef. « De donner un leadership à la communauté dans le sens politique. Aussi, la question de justice, de traiter les gens équitablement. Et aussi la représentation pour la communauté. Ce sont mes trois priorités pour ce mandat », explique-t-il.

Dans le but de développer sa communauté, mais surtout pour l’unir, John Martin a la ferme intention de prendre soin des aînés, mais aussi de donner une voix aux jeunes de Gesgapegiag.

« Bien traiter nos aînés, prendre soin de nos aînés. On sait que Santé Canada continue de couper. On doit vraiment assister les aînés et porter une attention spéciale aux aînés.C’est sûr, les aînés sont un peu érodé, mais les jeunes aussi. Ceux entre 18 et 24 ans, on trouve qu’ils tombent dans les craques ont dirait. Il faut faire quelque chose vraiment avec eux autres », ajoute John Martin.

La reconnaissance des droits autochtones et la souveraineté territoriale sont primordiales pour John Martin. Il en parle avec détermination, et avec un petit peu d’amertume.

« La question de développement économique, qualité de vie, ça ne se fait pas sans les ressources naturelles. On n’a pas accès à ça. On a vraiment besoin de travailler ce dossier-là, en termes de reconnaissance de nos droits. Reconnaître qu’il y a une juste part qui nous revient dans ces ressources naturelles là pour être capable de se développer », soutient John Martin.

« On nous a placés dans des réserves. On a coupé tout accès aux ressources, même à la rivière, pendant des années. C’est ça la vérité. Moi ce qui me motive, c’est qu’on a besoin de justice. On ne parle pas de réconciliation, il y a de la réparation », déplore-t-il.

John Martin et les huit conseillers qui forment nouveau conseil de bande ont été assermentés mardi matin.